Le tribunal correctionnel de Namur a prononcé vendredi une déclaration de culpabilité à l’encontre d’un marchand de sommeil namurois, qui était également poursuivi pour abus de faiblesse. Trois immeubles et une somme de 50.000 euros sont confisqués, le dépassement du délai raisonnable a été constaté.

Le 4 décembre, un an de prison avait été requispar le parquet de Namuràl'encontre du prévenu, pour des faits s’étant déroulésen 2015àNamur.

Des perquisitions menées dans des squats de l'Avenue Albert 1er dans le cadre d'une affaire de stupéfiantsavaientpermis de mettre la main sur ce marchand de sommeil. Propriétaire de trois immeubles, il louait des biens insalubres: portes défoncées, vitres manquantes, pas d'électricité, nidechauffage et parfois pas d'eau, nidetoilettes.

Les locataires, dépendants de la mutuelle, du CPAS ou en séjour illégal, déboursaient entre 400 et 600 euros pour ces logements. Le prévenu touchait près de 5.400 euros de rentrées locatives mensuelles, non déclarées. "Certains locataires étaient obligés d'aller au CHR de Namur pour prendre une douche ou se soulager",indiquaitle parquet de Namur