Namur

Les gardiens de la paix et agents de la ville de Namur sont sollicités pour désencombrer les trottoirs

À Namur, 150 trottinettes électriques ont été installées vendredi. Les usagers sont ravis de l’expérience, la Ville est satisfaite de voir qu’elles sont utilisées, mais c’est la cacophonie. Les automobilistes s’arrachent les cheveux devant la conduite anarchique de certains usagers tandis que les piétons et riverains se plaignent de l’encombrement des trottoirs.

Pourtant, la Ville de Namur avait pris les devants et fait signer une charte aux opérateurs de manière à maintenir l’ordre et la sécurité de chacun dans l’espace public.

Si une seule personne a formulé sa plainte à la Ville directement, la police a reçu des retours et les remarques pleuvent sur les réseaux sociaux.

"J’ai failli en écraser un hier. À fond sur un passage clouté au rouge…", peste Michaël. "Ces trottinettes ont envahi les trottoirs et les parcs, où peuvent encore marcher les piétons sans danger ?", demande Mireille. "Hier en fin de journée vers 20 h, c’était la foire dans les environs de la gare. On roule sur les trottoirs, à deux si pas trois sur une trottinette, on fait des zigzags sur la route. Bonjour les accidents !", anticipe Katty. "Il y en avait partout à l’abandon sur les trottoirs, devant des portes de garages. De plus, un petit malin roulait au milieu de la bande de circulation sans casque, sans tenir sa droite… Quelle plaie !", râle Géry.

La Ville va mener prochainement une action de sensibilisation impliquant les sociétés qui louent les trottinettes. "Il s’agit d’expliquer le code de bonne conduite, de montrer aux gens comment rouler et stationner les trottinettes", explique l’échevinat de la Mobilité à Namur qui a déjà pris des mesures.

"Il a été demandé dès ce mardi aux gardiens de la paix ainsi qu’aux agents de la Ville qui voient une trottinette mal stationnée de la remettre convenablement de manière à ne pas gêner. Une alarme va retentir, mais elle n’est pas très sonore et ne dure pas très longtemps", indique encore l’échevinat.

Pour Manu Leleux, de la direction information et opérations à la police de Namur, des mesures seront nécessaires.

"Depuis vendredi, nous n’avons eu connaissance d’aucun accident impliquant une trottinette électrique à Namur. Néanmoins, nous avons beaucoup de retours informels de la population et nous pouvons constater que la conduite de ces nouveaux moyens de transport est souvent anarchique. On va voir si c’est l’effet de la nouveauté et ou si ça va durer. Mais on devra prendre des mesures avec le collège. Pour l’instant, on ne verbalise pas : les agents rappellent aux usagers les règles de conduite. Mais il faut que les utilisateurs de ces trottinettes se rendent compte que c’est dangereux et que le port du casque, s’il n’est pas obligatoire, est fortement conseillé."

Le reste du dossier de deux pages sur la responsabilité en cas d'accident ainsi que les expériences de Liège et Bruxelles notamment dans nos éditions du jour