Deux dossiers concernaient Marc (prénom d’emprunt), qui n’était pourtant pas présent le 31 maidevant le tribunal correctionnel. Le premier consistait en une série de faits de coups et de menaces sur celle qui était sa compagne à l’époque. Fin avril 2019, il voulait renouer avec elle. Derrière la gare de Gembloux, il lui a donné un coup de boule, l’a giflée et l’a projetée au sol. Deux mois plus tard, nouvelle scène : il suit sa victime, l’attrape par la gorge et l’étrangle. Des menaces suivront, il a alors pour projet de "lui mettre une balle dans la tête."

L’alcool est à la base de ces excès de langage et de violence, qui se retrouvent logiquement dans le second dossier à charge du prévenu : des faits de rébellion, d’outrage et de coups sur des policiers, des crachats au visage en pleine période Covid sont évoqués, tout comme le vol avec violence d’un ordinateur au préjudice d’une asbl namuroise d’aide aux personnes précarisées.

Le tribunal a rendu son jugement ce lundi, le prévenu est condamné à une peine de prison de 2 ans assortie d'un sursis probatoire pour une période de 5 ans.