Il en a fait une tentative de suicide. Les deux victimes d’un escroc étaient dépitées ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Namur. En 2015, ils ont fait la rencontre de Sam (prénom d’emprunt) sur le marché d’Eghezée. Celui-ci faisait la promotion de ses produits : des panneaux photovoltaïques et des pompes à chaleur. Il était à priori convaincant car le couple a souscrit un emprunt afin de s’offrir une installation. L’argent a été versé directement à celui qui est aujourd’hui considéré comme un escroc…Il les a détournés immédiatement.

Le substitut Moreau explique : " Sa société était en cessation de paiement. Une fois l’argent reçu, il l’a immédiatement détourné et s’est en servi pour se rendre au Negresco à Nice, ou à Saint-Tropez."

L’escroc s’est suicidé en août 2019. Au sein de la société, il avait pris la fonction de directeur. Ce vendredi, ce sont ceux qui avaient endossé la responsabilité de co-gérants, et sont donc pénalement responsables qui étaient inquiétés. Ils affirment ne rien avoir à voir avec les faits évoqués. Le substitut Moreau ne requiert pas de peine contre la première, et réclame une peine de travail de 120 heures et une amende de 200 euros contre le second, qui aurait perçu 3500 euros de la somme totale détournée. Leurs avocats plaident l’acquittement.

L’avocat des parties civiles réclame le remboursement des 45.850 euros, les intérêts, qui s’élèvent à 11.268 euros. Mais aussi 15.000 euros, montant qui aurait été celui réalisé par le couple si le matériel commandé avait été installé comme prévu, et un préjudice moral de 10.000 euros. Soit un peu plus de 82.000 euros.

Jugement le 22 octobre.