Il est resté accroché durant plusieurs heure avant de remonter de lui-même.

La Citadelle de Dinant a bien failli être le théâtre d'un bien triste spectacle, ce mercredi en fin d'après-midi. Un homme, arrivé par le haut du site touristique, s'est suspendu dans le vide en s'accrochant, à l'aide de deux mousquetons, au filet de sécurité apposé contre la falaise de la Citadelle. Il a accroché à ce même grillage une banderole sur laquelle il avait inscrit ce message : « je travaille au noir Mr le juge, pour vous ». Il dénonçait via cette action et ces quelques mots le système dont il a été victime. Cet homme aurait réalisé des travaux de menuiserie au noir pour un juge d'un tribunal de commerce mais ce dernier ne l'aurait pas payé. « Pendant qu'il travaillait pour lui, il n'a pas cherché de travail et aujourd'hui le voila sans revenu, sanctionné par le chômage et sans travail. C'est en tout cas ce qu'il nous dits », a indiqué le bourgmestre de Dinant Richard Fournaux qui a eu l'occasion de négocier par téléphone avec lui.

Durant plusieurs heures, cet homme est donc resté suspendu dans le vide et n'a pas hésité à se déplacer. Il exigeait dans un premier temps que la presse se déplace, afin de diffuser le plus largement possible son message et l'abus dont il aurait été victime. Ses revendications ont ensuite changé. Le désespéré exigeait que le juge en question se rende sur place et lui présente ses excuses. Vers 18h30, le bourgmestre et le chef de corps de la zone de police Haute-Meuse Bernard Dehon ont pris la décision de ne pas aller chercher l'individu malgré la présence des pompiers du Grimp. « On n'a pas voulu faire courir de risque aux secouristes car il risquait de s'agiter en voyant quelqu'un s'approcher. C'est de plus un très bon alpiniste. On ne peut pas subir un chantage comme il l'a fait. Il a changé tout le temps ses revendications. Il voulait par exemple la présence du juge mais il ne voulait pas en donner le nom... »

Finalement, voyant que rien ne se passerait, le manifestant est remonté de lui-même en haut du site touristique vers 19h30. Il a ensuite été interpellé par la police pour être entendu.

2
© Philippe Dehuit

2
© Philippe Dehuit

3
© Philippe Dehuit