Namur

Une innovation unique en Belgique francophone

NAMUR C’est une première en Belgique francophone. La Ville de Namur crée un Espace Pluriel, un lieu de recueillement interconvictionnel qui permettra prochainement aux familles de rendre un dernier hommage à leurs défunts, dans la dignité, sans distinction de religion ou de convictions philosophiques.

Selon l’échevin, Alain Detry porteur du projet avec les échevins Bernard Ducoffre et Tanguy Auspert, cet espace répond à plusieurs constats. Tout d’abord, tout le monde ne souhaite pas des funérailles dans un cadre religieux ou une cérémonie funéraire civile avec une connotation laïque au sens militant du terme.

Ensuite, il n’est pas rare de voir des obsèques civiles réalisées dans des lieux inappropriés, voire à l’extérieur sur des bouts de trottoirs ou de cimetières, un parapluie à la main. Un espace neutre sur le plan philosophique ou “interconvictionnel” manquait donc cruellement à Namur. Des salles existent certes dans certains funérariums mais sont souvent trop petites. Dans celles des crématoriums de Gilly ou Bruxelles par exemple, seules les personnes vraiment proches du défunt se déplacent. Et puis, tous les défunts n’optent pas pour la crémation.

Ce nouvel espace pluriel permettra d’organiser à la demande des familles, des cérémonies d’hommage aux défunts avant qu’ils soient acheminés au cimetière ou au crématorium. Il ne s’agit pas de se substituer aux funérariums des entreprises des pompes funèbres. Ces dernières auront d’ailleurs un rôle important à jouer pour faire connaître l’existence de l’Espace pluriel auprès des familles.

D’accès gratuit, l’espace pluriel qui sera opérationnel à l’automne, (qui a migré à la Citadelle) et pourra accueillir une bonne centaine de personnes. Il sera géré au quotidien par la Maison de la Laïcité François Bovesse à Namur qui a été chargée de rédiger un règlement d’ordre intérieur.

“On a l’impression que ça correspond à un besoin. Tant du côté de la Ville, que de la province ou des responsables de la Région wallonne, nous avons eu un accueil extrêmement favorable”, a indiqué Michel Pauss, président de la Maison de la Laïcité.



© La Dernière Heure 2011