La deuxième phase de travaux terminée, il faudra oins d’une heure pour relier les deux métropoles

C’est en juillet 1996 que l’axe Frasnes-Bruly a été identifié comme chaînon manquant sur le réseau transeuropéen de transport. Deux ans plus tard, le gouvernement wallon adoptait le projet de tracé du contournement de Couvin et en 2007, après plusieurs enquêtes, un permis d’urbanisme est accordé mais aussitôt annulé par le conseil d’Etat. En 2009, le permis nouvelle version est accordé et les travaux débuteront en 2011. Tout vient à point à qui sait attendre : ce samedi le fameux tronçon de 13,8 kms était enfin inauguré en grande pompe.

Un tronçon qui, le rappelle Maxime Prévot (CDH), permet notamment de désenclaver économiquement toute la région sud de Charleroi, d’améliorer le cadre de vie des habitants des villes et villages de cette région puisqu’ils seront soulagés de l’important trafic de transit actuel principalement à Couvin et à la N5 de devenir une réelle artère économique, génératrice d’investissements et d’emplois.

Mais la finalisation et l’inauguration ce samedi de ce tronçon qui crée un lien nouveau entre tous les européens est également un grand événement pour l’administration wallonne, a ajouté le ministre Jean-Luc Crucke (MR) : "On peut être fier de notre administration qui a recherché des solutions à autre chose que le fait de créer une route. Elle a fait face avec succès à des difficultés d’ordre environnemental, climatique ou de génie civil." Pour le ministre, les travaux accomplis donnent une nouvelle image de cette magnifique Wallonie qui a été un géant industriel.

Dans quelques jours, Charleroi sera donc à moins d’une heure de route de Charleville-Mézières via l’autoroute A304 : un tronçon connecter Rocroi et la Francheville a été ouvert en décembre 2017 et un second, entre Le Piquet e La Francheville a été rendu accessible en juillet 2018.

A l’autre bout du chantier de ce nouveau maillon, du côté de Frasnes, les travaux vont bon train. On construit là un ouvrage de 800 mètres dont 80 de tunnel pour passer sous la voie ferroviaire qui relie Couvin à Charleroi. Il est déjà possible de circuler sur une seule bande dans chaque sens et les travaux se concentrent maintenant sur la réalisation de l’autre moitié de la trémie qui devrait être ouverte dans le courant du second semestre 2020.

Des chiffres qui font tourner la tête

  • Le budget global est estimé à 130 millions d’euros HTVA, avec l’aide d’un prêt de 80 millions de la Banque Européenne d’Investissement
  • 5,5 millions de mètres cubes de terrassement
  • 300 000 mètres carrés de routes en béton
  • 300 000 plants forestiers
  • 42 000 glissières de sécurité
  • 30 000 mètres cubes de béton pour les ouvrages d’art
  • 28 000 mètres de clôtures
  • 36 ouvrages d’art dont 10 ponts, 10 crapauducs, 5 pertuis de grandes dimensions et 1 trémie de 80 mètres sous la voie ferroviaire
  • 6 bassins d’orage
  • 5 giratoires
  • 5 échangeurs