Une liaison par câble aérien entre Gembloux et Auvelais a été refusée en 2017. Elia propose un nouveau projet, souterrain, qui devrait mieux passer.

En mars 2017, la société Elia, gestionnaire du réseau de transport d’électricité haute tension, avait proposé de remplacer la liaison entre Les postes de Gembloux et d’Auvelais par une nouvelle ligne aérienne passant par Gembloux, Sombreffe, Jemeppe-sur-Sambre et Sambreville. L’étude d’incidence menée à l’époque concluait qu’une alternative souterraine pouvait être acceptable tant au niveau technique que budgétaire. Après des études techniques et administratives, la société présente à l’enquête publique un nouveau projet qui a la particularité d’être entièrement souterrain, répondant ainsi aux demandes des communes traversées et des riverains.

C’est donc toute la procédure qui a été reprise au début avec une nouvelle demande de permis d’urbanisme et l’enquête afférente a débuté ce jeudi pour se terminer le 6 décembre prochain. La nouvelle ligne qui sera enfouie à une profondeur variant de 5 à 15 mètres ne traversera plus que trois communes, Sombreffe étant épargnée par le nouveau tracé qui longera en grande partie le pipeline qui alimente la société Innovyn. D’une longueur de 10,29 km, elle permettra le démontage de 69 pylônes et évitera au maximum les zones d’habitat. À certains endroits délicats (nœuds routiers, routes, habitat, la technique de forage autoguidé sera utilisée pour limiter au maximum les nuisances.

Le chantier devrait débuter, si la procédure se déroule sans encombre, en 2021 et devrait durer un peu moins d’un an. Selon ce planning, dans le courant de 2022, la ligne aérienne existante devrait être désactivée et l’ensemble des installations complètement démonté.

En 2025, le chantier pourrait être rouvert si les besoins d’électricité se confirment, pour l’installation d’une ligne supplémentaire.

Le dossier peut être consulté à l’administration communale de Gembloux. Deux permanences seront organisées, à Jemeppe le 25 novembre et à Sambreville le 27 novembre.

LEF