Depuis plus de six mois, la députée fédérale Eliane Tillieux, vice-présidente de la commission santé à la Chambre, interpelle les ministres fédéraux sur la gestion de la crise Covid-19. ️"À la veille de la rentrée et face au manque de clarté et de cohérence des réponses reçues en commission Santé publique, j’ai décidé d’aller à la rencontre des acteurs du terrain" , explique l’élue namuroise.

"J’ai été très étonné de m’entendre dire que j’étais la seule élue à être allée sur place pour me rendre compte du travail effectué au centre de tri et de testing organisé par le poste médical de garde Gamena à Jambes. Le fonctionnement d’une telle structure exige un renfort de moyens tant logistiques et humains que financiers."

En première ligne depuis le début, c’est la débrouille. Pas seulement aux premières heures de la crise, ça l’est toujours, a découvert Eliane Tillieux. "D’une part, je me réjouis de l’attitude volontaire et proactive, de l’investissement personnel remarquable et du bel esprit de solidarité dont ils ont fait preuve comme on a pu le constater par ailleurs au sein de la population aux moments les plus aigus de la crise. Mais ils sont aujourd’hui épuisés et pointent une série de manquements : communication défaillante ou incohérente, absence de point de contact unique, incertitude quant au financement, problèmes de matériel, modifications des procédures…" , s’inquiète la députée qui, éclairée par cette visite, entend pousser un peu plus loin sa présence sur le terrain.

Si elle doit retenir un point essentiel de cette rencontre, "c’est qu’il est temps d’anticiper un second pic éventuel en allouant les justes moyens à une organisation rodée et efficace. ️C’est à ce prix que nous rassurerons les citoyens pour l’avenir".