Namur

Depuis le 15 septembre dernier, le Centre Hosppitalier Régional de Namur (CHRN) propose un service d’hospitalisation qui accueille, au sein de son unité pédiatrie, des enfants âgés de 0 à 15 ans accomplis présentant des troubles psychiatriques divers ou développementaux.

"Trop d’enfants en détresse psychologique ne sont pas suffisamment pris en charge, explique le Dr Christine Halut, pédiatre au CHRN. Nous avons développé ce service avec un dispositif que nous espérons étoffer à l’avenir. On espère aussi obtenir une reconnaissance de la part des instances responsables de la santé publique."

Respectivement psychologue et pédopsychiatre, Sandrine Gillet et Sophie Groudrange travaillent au quotidien au sein d’une équipe composée d’infirmières de l’unité de pédiatrie mais aussi d’une institutrice, d’enseignantes du secondaire, d’une assistante sociale et de deux animatrices. "Nous poursuivons plusieurs objectifs : la réalisation de bilans psycho-médico-sociaux, le développement d’amorces thérapeutiques et la mise à l’abri de l’enfant."

La durée du séjour dans cette unité varie de 5 à 15 jours. "Le jeune patient reçoit un programme où sont reprises les différentes activités individuelles et collectives, explique Etienne Allard, président du CHRN. Ce séjour permet d’ouvrir la voie d’un changement. Une dizaine de jours plus tard, un rapport circonstancié, destiné aux parents et aux enfants concernés, est rédigé par l’ensemble des prestataires de soins qui sont intervenus dans la prise en charge."

Si des structures similaires existent déjà, l’Entre-Faces peut être considéré comme un projet pilote en Wallonie. "On travaille en étroite collaboration avec toutes les structures externes existantes comme le service d’Aide à la Jeunesse, le Service de Protection de la Jeunesse, les centres PMS, SOS enfants,… Un service de consultation est à disposition des patients et leurs familles, dit encore Etienne Allard. Le tiers-payant est appliqué aux assurés obligatoires et les hospitalisations pédiatriques sont remboursées par les mutuelles."