Un service de qualité et gratuit offert aux communes

Exposé intéressant à l’entame de la réunion du conseil provincial de Namur vendredi matin. Yanni Xanthoulis, responsable du Service Technique Provincial expliquait à l’assemblée l’apport concret de la Province aux différentes communes, notamment, dans le cas présent, en matière de gestion des cours d’eau.

Trois missions

Au sein de son service, la cellule en charge des cours d’eau doit défendre trois missions : maintenir et développer les actions limitant, dans la mesure disponible, les inondations de zones urbanisées et sensibles ; prendre des mesures favorisant l’hydromorphologie (en bref, l’analyse des liens entre l’eau et la forme des paysages) et la conservation de la biodiversité en matière de gestion des cours d’eau non navigables ; renforcer le rôle de conseiller technique auprès des communes en matière d’appui à la gestion des cours d’eau non navigables.

Si, dans le passé, au niveau de la gestion des cours d’eau, on veillait surtout à assurer une bonne et rapide évacuation des eaux, on admettait le principe du “tout à la mer” et on ne se préoccupait que très peu de l’environnement, les choses ont maintenant bien changé.

Le cadre légal a été modifié pour renforcer les prérogatives du gestionnaire des cours d’eau et un fondement légal a été donné au Programme d’Actions sur les Rivières par une Approche Intégrée et Sectorisée (PARIS). De nouveaux outils sont mis au point pour l’ensemble des gestionnaires publics, basés sur la sectorisation des cours d’eau et une véritable révolution a été opérée dans l’approche de la gestion : on identifie et hiérarchise les enjeux, on fixe les objectifs de gestion et on planifie la mise en œuvre projets pour rencontrer les objectifs.

Des mécanismes novateurs

Pour aider les communes, la Province a mis au point des mécanismes novateurs visant à renforcer la collaboration entre tous les acteurs du territoire, partager son expertise et déployer un service innovant et totalement gratuit pour les communes. Dans le cadre de leur collaboration, les communes chargent donc la Province d’une mission de service qui vise uniquement l’entretien des cours d’eau. Cette dernière prend donc en charge la planification des opérations, le suivi des marchés publics, le suivi de l’exécution et le financement.

La province a attribué un budget de 150 000 euros à ce poste qui est augmenté de la même somme caque année depuis lors. Pour l’année 2020, c’est donc une somme de 600 000 euros qui est affectée à l’entretien des cours d’eau. Aujourd’hui, 34 communes participent à ce projet mais à l’horizon 2021, la Province compte assumer l’entretien de l’ensemble des cours d’eau communaux de son territoire.