Près de 25 citoyens ont sauté dans l’eau dimanche à l’occasion du Big jump.

La locale des Amis de la Terre du Pays de l’Eau d’Heure est attentive au quotidien à la qualité des eaux de surface sur le site des lacs de l’Eau d’Heure. Elle s’est donc inscrite tout naturellement dans l’organisation du Big jump, prévu dimanche à 15 h sur la plage de la Plate-Taille.

"Il s’agissait d’une action symbolique à l’échelle européenne. Des centaines de personnes ont sauté dans l’eau au même moment dans plusieurs pays", explique Karinna Body-Robe, membre de l’association. "En 2000, une loi-cadre sur la qualité des eaux de surface aussi bien dans les rivières que sur les plans d’eau a été votée. Plusieurs pays se sont engagés à améliorer cette qualité. Le bilan sera tiré en 2015."

Cette opération reste très utile pour les organisateurs car, même si des efforts ont été consentis en Belgique, il reste encore du boulot. "Il y a de nettes améliorations car les autorités ont abandonné la politique du tout à l’égout mais 50 % des zones aquatiques du pays ne sont toujours pas protégées."

Au niveau des lacs de l’Eau d’Heure, les Amis de la Terre reconnaissent que la qualité de l’eau est bonne. "Mais il faut qu’elle le reste sur le long terme. Une station d’épuration a été construite pour recueillir les eaux usées des différents villages de vacances. Elle est d’une capacité de 2.000 habitants et on arrive à la limite", poursuit Karinna Body-Robe. "Igretec a rentré un projet pour une seconde station. L’objectif est que celui-ci soit subsidié par l’Europe."

Du côté des participants, on trouvait des habitants du coin et des touristes qui profitent de leurs vacances sur le site naturel. Isabelle a participé à son premier Big jump. "L’eau était froide mais il y avait un rayon de soleil donc c’était chouette." Elle tenait à participer à l’opération. "Nous avons la chance de bénéficier d’une eau de qualité ici. Ce serait bien que tout le monde en Belgique ait cette chance. Une bonne eau permet, de plus, de protéger la faune et la flore."

Par le passé, un Big jump avait été organisé sur la plage de Falemprise qui avait alors reçu le pavillon bleu. Depuis, la qualité de l’eau de ce côté du site s’est dégradée. Preuve qu’il reste des efforts à fournir.