Le tribunal correctionnel de Namur a procédé vendredi à l’instruction d’audience dans un dossier impliquant une dizaine de personnes provenant du milieu festif namurois concernées par un trafic de drogues en association.

Les faits ont été commis en 2018 et 2019 dans la région namuroise. Ils concernent la vente de cannabis, de cocaïne, de LSD, de MDMA, d’amphétamines et de kétamine. Interrogé, le premier prévenu, chez qui 100 pilules d’ecstasy ont été retrouvées a déclaré : « J’étais un gros consommateur. Ces pilules étaient ma consommation personnelle. » Interrogé par le président Henrion au sujet d’échanges de sms concernant les stupéfiants, il précise : « Nous étions tous amis et nous dépannions mutuellement, cela n’avait rien à voir avec du trafic, on se rendait service et on faisait des échanges, on était des potes de soirées, on consommait essentiellement le week-end. »

D’autres prévenus ont déclaré vendre ou stocker de la drogue en échange de leur consommation personnelle ou n’avoir vendu qu’occasionnellement ou en petites quantités.

Suite des débats le 17 décembre