Deux ans de prison avec sursis probatoire ont été requis, mercredi par le parquet de Namur, à l’encontre d’un homme poursuivi pour des violences conjugales commises entre janvier 2015 et décembre 2021.

Durant cette période, le prévenu ne laissait pas sortir sa compagne seule, l’interdisait d’avoir des contacts avec ses enfants, la faisait parfois dormir au sol et en profitait pour lui mettre des coups de pied ou ne la laissait pas sortir lorsqu’elle présentait des plaies qui mettaient plusieurs jours à guérir. Elle était aussi privée d’internet, de GSM et de carte d’identité.

Deux scènes plus violentes ont par ailleurs été épinglées par le tribunal. À deux reprises, les 11 juillet et 23 décembre 2021, le prévenu a éjecté sa compagne de sa voiture avant de lui porter des coups. "Je n’ai rien à dire", a-t-il indiqué. Lorsqu’il a été entendu par la police après son interpellation, il a néanmoins déclaré avoir recueilli cette dame devenue sa compagne car il avait "pitié d’elle." "Selon ses proches, cette jolie dame est devenue une épave depuis qu’elle a rencontré cet individu", précise le parquet de Namur.

Le prévenu a déjà été condamné à trois reprises pour des faits similaires, en Espagne, en France et en Belgique. La défense a demandé un sursis probatoire. Jugement le 11 mai.