Depuis 2018, les échasseurs forment également des candidates jouteuses. L’objectif est de pouvoir organiser, dès que suffisamment de jouteuses seront formées, la toute première joute féminine de l’histoire. Avant cela, depuis 1411, seuls les hommes ont jouté sur échasses à Namur. "Actuellement, 5 jouteuses sont à un stade avancé de leur formation. On a une jeune fille d’une dizaine d’années, des ados et de jeunes adultes. Elles commencent à faire des joutes entre elles et à se frotter aux garçons. Elles sont bientôt prêtes", se réjouit Bertrand Patris. Il y a un mois, un nouvel appel aux jouteuses a été lancé et a permis d’accueillir d’autres dames. "Elles sont 5 ou 6 à démarrer et il n’y a pas que des jeunes. Nous avons des femmes d’une cinquantaine d’années, c’est positif de voir que ça touche toutes les tranches d’âge. Et on reçoit encore régulièrement des coups de téléphone."

En ouvrant les joutes d’échasses à la gent féminine, les échasseurs namurois veulent pouvoir, à terme, organiser des joutes entre femmes (et non mixtes). "Il faut pour cela qu’il y ait une dizaine de jouteuses prêtes. Nous caressons l’espoir de pouvoir déjà en faire dès l’année prochaine mais ce n’est pas une deadline. Les faire combattre entre elles les mettra plus en valeurs. Les mélanger aux hommes serait par ailleurs compliqué physiquement."