L’infrastructure reliant La Plante à Jambes est désormais entravée

NAMUR Il y a quatre semaines, le député Ecolo Stéphane Hazée avait déposé une première question écrite au ministre wallon des Travaux Publics relative à l’aménagement d’un portique sur la passerelle reliant Jambes et Namur et à l’entrave qu’il constitue pour une série d’usagers. Faute de réponse et compte tenu des nombreux désagréments rencontrés par les usagers quotidiens de cette passerelle, il réintervient auprès de Carlo Di Antonio.

La passerelle de l’écluse de La Plante relie les deux rives de la Meuse entre Jambes et Namur et constitue un axe important du réseau de voiries à disposition des piétons et cyclistes namurois. Ainsi, elle est quotidiennement empruntée par des centaines d’usagers, voire davantage en belle saison : les promeneurs, marcheurs, joggeurs, vttistes ou cyclo-randonneurs y croisent piétons et cyclistes au quotidien.

Depuis quelques semaines, ces usagers ont toutefois découvert avec surprise l’aménagement d’une armature métallique relativement sophistiquée, qui entrave le passage.

Au-delà de la surprise, cette armature provoque surtout des désagréments importants : les personnes avec une poussette ou un landau peuvent être en difficulté, les cyclistes avec un siège enfant ne peuvent passer qu’en soulevant leur vélo, tandis que les vélos avec remorque, les personnes conduisant un landau pour deux enfants ou les personnes en voiturette semblent condamnés à rebrousser chemin !

“Je suppose que ce portique a été installé pour empêcher l’accès à certains usagers malveillants. Ainsi, il me revient que c’est la sécurité des éclusiers, ainsi que des piétons et cyclistes, qui aurait amené votre administration à mettre en œuvre le placement de ces barrières. Il va de soi que je partage entièrement la volonté d’assurer la sécurité de chacun. Je suis certain, à l’inverse, que des solutions existent qui permettraient de rencontrer cet objectif en réduisant ces inconvénients”, commente le député Stéphane Hazée à l’adresse du ministre Carlo Di Antonio, lui demandant quelle initiative ce dernier compte prendre afin d’assurer un meilleur équilibre entre les différents objectifs poursuivis.



© La Dernière Heure 2012