On ne compte plus les dossiers de trafic de stupéfiants qui arrivent devant le tribunal correctionnel de Dinant. En région couvinoise, un homme dépannait quelques consommateurs grâce à sa culture personnelle. Les faits auraient eu lieu en 2017 et 2018. « Le Service d'Enquêtes et de Recherches (SER) de la zone des Trois Vallées avait des informations en ce sens. La perquisition menée a été positive », a indiqué le parquet de Namur. L'exploitation du GSM du suspect l'a également été. « Mon client est en aveux depuis le départ d'avoir planté du cannabis et d'avoir dépanné quelques fois », a précisé son avocat qui demande le sursis simple. Le ministère public, lui, demande 18 mois de prison pour les faits de trafic de stupéfiant. Et une peine complémentaire de 6 mois car le prévenu était également poursuivi pour avoir détenu un pistolet, sans autorisation.