Un premier rapport de l’expert est arrivé. Les travaux pourraient prochainement débuter.

Voila presque trois ans que la rue de Meez, à Bouvignes, est fermée à la circulation. En février 2013, un mur de près de six mètres de hauteur s’est effondré, emmenant avec lui une partie de la route. Depuis lors, une déviation de plusieurs kilomètres a été mise en place. Une situation gênante pour les riverains qui affichaient encore il y a quelques jours leur mécontentement sur les réseaux sociaux.

“Ras le bol du blocage de la rue de Meez à l’entrée de Bouvignes. Ras le bol car la ville est gestionnaire de cette voirie communale et à ce titre il me semble qu’elle doit en assurer l’entretien et la réparation. Peu importe la responsabilité de l’effondrement, elle répare et puis elle se retourne contre un éventuel tiers responsable”, écrivait un riverain concerné.

Réaction du bourgmestre : “Sur le fond, ces riverains n’ont pas tord. On a demandé à la justice de nous donner l’accord d’effectuer les travaux pour ensuite éventuellement se retourner. Mais pour cela, il nous fallait un rapport d’expertise qui nous autorisait à entreprendre les travaux. Si on avait débuté le chantier sans ce rapport et que quelqu’un avec demandé une contre-expertise, on aurait été en tort. On parle quand même d’une somme comprise entre 150.000 et 200.000 €”, commentait le bourgmestre de Dinant Richard Fournaux.

Actuellement, le dossier est entre les mains du tribunal civil de Dinant qui a été désigné un expert. Ce dernier a été chargé de trois missions : établir la raison de l’effondrement, désigner qui est le propriétaire du mur et détailler les mesures à prendre pour la reconstruction de la voirie et du mur.

Ce jeudi, le premier échevin Robert Closset nous indiquait qu’un premier rapport d’expertise a récemment été remis aux autorités communales. “On nous demandait de réaliser des travaux de fondation pour voir si des dégâts ont été occasionnés en dessous du mur lors de la construction d’un immeuble. Les ouvriers communaux les ont réalisés en début de semaine. On attend maintenant d’autres conclusions de l’expert.”

Malgré les déclarations mayorales, la ville de Dinant précise néanmoins dans son dernier bulletin d’informations communales qu’elle entamera les travaux dès la libération effective des lieux par le bureau d’expertise. Et ce sans attendre la fin de la procédure.