Namur Le groupe AD&N montre les dents et dénonce certaines pratiques.

"Protéger la démocratie", et ce, "malgré les coups de canif dans les valeurs de notre État de droit". Le groupe AD&N, qui rappelons-le rassemble des CDH, Ecolo, des candidats d’ouverture et a raflé 9 sièges au conseil communal andennais lors des dernières élections, n’y va pas de main morte en commentant l’attitude du collège PS-MR. Il parle même de "Trumpisation du collège".

"À trois reprises au moins, au cours des dernières semaines, des courriers officiels ont porté des messages politiques, ce qui soulève le problème de l’utilisation des moyens publics en période électorale. Dans deux courriers, le collège a manipulé la vérité sur un important dossier d’urbanisme dans le seul but d’affaiblir des élus", assure le futur principal groupe d’opposition au conseil.

"Dans un troisième courrier, le collège a travesti fallacieusement le programme d’AD&N en tentant de discréditer ses candidats auprès des agents de la commune. De nombreux fonctionnaires ont été choqués par cette démarche électoraliste de la part des signataires, membres de la majorité."

Le dossier d’urbanisme en question est donc le projet de Janus International d’implanter un centre de déchets et de tri à Seilles, projet désormais suspendu par le Conseil d’État. Pour les agents communaux, c’est en fait une querelle concernant les procédures de recrutement qui, selon AD&N, pourraient être plus transparentes. Et ce n’est pas tout, puisque AD&N considère comme partisane (une "propagande mielleuse") la "pseudo-analyse des résultats électoraux dans le bulletin communal", magazine "financé par tous les contribuables andennais".

Dans une ville où la politique locale n’est pas toujours (tant s’en faut) un long fleuve tranquille, les six prochaines années s’annoncent sous des auspices aussi mouvementés que les précédentes… Le groupe AD&N promet de "se préoccuper du développement harmonieux de notre commune dans un esprit constructif mais aussi avec la vigilance que nous inspire le comportement politicien de certains membres de la majorité".

L.S.