Namur

Des jeunes de Plomcot rafraîchissent les halls des immeubles voisins

NAMUR Voilà déjà quatre ans que l’échevinat de la Jeunesse a mis sur pied l’opération Eté Solidaire. Et d’année en année, le succès est toujours au rendez-vous. Cette année encore, la motivation et l’attitude responsable des jeunes ont fait des merveilles dans les différentes tâches accomplies. Au travers de ces différentes activités, les objectifs poursuivis sont la citoyenneté, la solidarité, l’estime de soi et la valeur du travail.

En effet, même s’ils sont engagés sous contrat d’étudiant, le projet Eté Solidaire se veut avant tout convivial et utile, tant au niveau des jeunes travailleurs qu’envers les habitants du quartier. C’est dans le but de valoriser leur lieu de rassemblement, que les jeunes du quartier de Plomcot ont choisi de fleurir et de rafraîchir leur Maison des Jeunes (MJ).

Leur souhait ? Que l’endroit reflète les expériences qu’ils y vivent, c’est-à-dire la joie, les rires, les discussions et l’apprentissage. Les jeunes ont également souhaité être utiles pour le quartier, c’est pourquoi ils ont peint les halls d’entrée des immeubles voisins de la MJ et ont procédé à la rénovation du mobilier et a de petits dépannages pour les habitants du quartier.

De plus, un carrelage a été posé sur le sol de la cafétéria du Hall Sportif et le mobilier d’accueil de la Maison des jeunes s’est vu doté de mosaïques. Durant 10 jours, sept filles et garçons se sont partagé divers travaux d’embellissements, de restaurations, de remises à neuf…

“C’est une expérience très enrichissante pour les participants car en plus de créer des liens avec les autres jeunes, cela permet de mettre à contribution les talents de chacun et de se faire connaître des habitants du quartier. Cette opération permet un brassage socioculturel important, et une implication de ces jeunes dans la vie de leur quartier”, indique l’échevin de la jeunesse Tanguy Auspert.

De manière générale, les jeunes ont pu découvrir un travail aux antipodes de leurs habitudes, vaincre leur appréhension par rapport aux différentes tâches, ils se sont ainsi confrontés bien souvent pour la première fois au monde du travail et aux obligations qui s’y rattachent.



© La Dernière Heure 2011