Infrabel a demandé un permis et tient une réunion d’information le 10 avril.

Le dossier du passage à niveau de Velaine n’avait plus évolué depuis 2016. Hasard du calendrier, c’est après l’accident qui a coûté la vie à un ado un peu plus loin à Jambes que la demande de permis été introduite. L’enquête publique démarre ce mardi et les documents peuvent être consultés au service urbanisme de la Ville pendant deux semaines.

© DR

Bien qu’elle n’y soit pas obligée, Infrabel tient aussi une réunion publique d’information le 10 avril à 18 h 30 dans la salle du conseil communal (Maison des citoyens, rue de Fer à Namur). Les riverains et personnes intéressées découvriront le projet de suppression du passage à niveau de la rue de Dave tel qu’il a été porté par Christophe Javaux selon les remarques formulées par la Ville.

"Au départ, nous avions proposé une passerelle, mais la Ville avait rejeté cette option dans un souci d’accessibilité" , précise Aurélie Robert, porte-parole d’Infrabel. Difficile en effet aux personnes âgées, au PMR, aux poussettes, etc., de franchir plusieurs dizaines de marches pour passer d’un côté à l’autre de Jambes.

Il est donc question d’un tunnel, plus haut que celui proposé en 2016. "Les usagers sont en effet plus rassurés lorsqu’il n’est pas trop étroit ni trop bas. Le passage sous les voies pour les piétons fera donc 3 mètres de large sur 11,32 mètres de long et 2,8 mètres de haut. C’est le plus haut qu’on puisse aller en raison des contraintes techniques", explique Aurélie Robert.

Avec une pente de 5 %, ce tunnel sera accessible aux PMR. Il sera creusé à l’endroit où les piétons peuvent traverser les voies actuellement. Un deuxième tunnel, pour les voitures, sera aussi creusé un peu plus loin. Il sera doté d’un trottoir afin que les piétons puissent aussi l’emprunter. Un giratoire sera aussi construit et la mobilité sera modifiée autour du passage à niveau actuel.

"Ce genre de projet fait souvent peur. La séance d’information permettra aux riverains de poser leurs questions, mais aussi de formuler leurs remarques. Le projet peut encore évoluer", rappelle la porte-parole d’Infrabel. C’est pourquoi la société laisse un numéro gratuit et un mail pour signaler toute difficulté ou acte de vandalisme (0800/55.333).

Si le permis est accordé cette année, les travaux débuteront début 2022. Il faut compter deux années de chantier et un investissement de 3 millions d’euros pour Infrabel.