Namur

Tour d’affiche de ce 25 juin : Nouvelle Vague, Brigitte…

NAMUR Depuis plusieurs éditions, le festival Verdur Rock, le plus ancien festival de Wallonie, surfe sur la vague du succès, avec des affluences dépassant les 8.000 festivaliers. Pas question toutefois de vouloir rivaliser avec les poids lourds tels que Dour ou Werchter... avec des têtes d’affiche impayables. “ On n’a pas envie de consacrer tout le cachet pour un seul nom un peu ronflant”, indique Philippe Gayet, organisateur à la Ville de Namur.

Le festival contribue donc plus que jamais à l’émergence d’artistes et à une grande diversité musicale. Il fait à nouveau le choix de mêler la fraîcheur des révélations du moment aux valeurs sûres de notre vivier belge.

“Nous prenons en compte la dynamique du secteur des musiques actuelles en Communauté française Wallonie-Bruxelles. Ce sont aussi à chaque fois des groupes qui ont une belle actualité, un nouvel album à défendre”, explique l’organisateur namurois. “Et preuve qu’on croit toujours dans ce festival, on a monté la barre du déficit permis de 50.000 à 70.000 €.” Convivialité, accessibilité et gratuité restent les mots-clés de l’événement.

Cette année, nous passerons ainsi de la pop à l’électro, du rock au hip-hop. Les Français de Nouvelle Vague sont à coup sûr la tête d’affiche de cette édition. Le groupe pop rock propose une version bossa-nova et dandy des standards du répertoire New Wave.

Côté belge, My Little Cheap Dictaphone (leur dernier album, The Tragic Tale of a Genius , proche d’un opera rock, est une création éblouissante) et les Vismets avec leur électro-pop assez remuant où se mêlent nappes synthétiques, riffs de guitare, chœurs aériens et hard rock, feront vibrer le chaudron. Sans oublier Great Mountain fire et leur univers contrasté entre douceur amère et folie passagère.

La surprise du chef est la venue de Brigitte, duo féminin qui nous vient de France. Les deux chanteuses ont créé le buzz sur internet en reprenant Ma Benz de NTM. Pour mettre le feu dans l’arène, comptez aussi sur le collectif belge Frown-I-Brown. Chaque année, un concours jeunes talents est organisé. Les vainqueurs de l’année passée – les Cinaciens de Sinus Georges – enflammeront la scène principale.



© La Dernière Heure 2011