Namur

Des substances actives issues de bactéries peuvent jouer un rôle similaire aux antibiotiques et anti-infectueux, notamment dans le cas des infections uro-génitales, selon une découverte de la société spécialisée dans les probiotiques Vésale Pharma, présentée lundi à Bruxelles. Un brevet vient d'être déposé. Cette découverte est issue de l'application de la sonification, soit l'exposition à des ondes ultrasons, à des bactérie contenues dans les probiotiques. Cette technique a permis de démontrer que des substances actives issues de ces bactéries "jouaient un rôle d'exclusion pathogénique similaire aux antibiotiques et anti-infectieux", souligne la société namuroise.

Le brevet déposé concerne une première application de cette découverte sur une souche probiotique appelée Lactobacilus Crispatus. "En disloquant le Lactobacilus Crispatus par sonification, on obtient des substances actives dont on a mesuré l'activité antibactérienne en les confrontant à une souche appelée Garnderella, une bactérie nocive responsable d'infections uro-génitales de type cystite. L'expérience a démontré des caractéristiques exceptionnelles et remarquables de protection contre la Garnderella", explique Johan Quintens, Chief Scientific Officer de Vésale Pharma.

La Garnderella est à l'origine de 5,5 millions d'infections uro-génitales en Belgique.

"C'est une avancée majeure dans le cadre du développement de solutions nouvelles à côté des antibiotiques et autres anti-infectieux", conclut Jehan Liénart, CEO de l'entreprise.