Namur La victime dit avoir été rossée, sans raison.

Des agents de sécurité auraient dérapé lors d'une soirée organisée en août 2014 à Sorinnes. Un jeune homme a été rossé ce soir-là. Par les sorteurs, selon lui.

Le 27 septembre dernier, l'un de ces sorteurs expliquait devant le tribunal correctionnel de Dinant avoir sorti ce jeune homme car il avait été impliqué dans deux bagarres à quinze minutes d'intervalle. « Soudainement, il a voulu me frapper. J'ai dû le ceinturer. On est finalement tombé au sol. J'ai vu qu'il allait dans sa poche pour prendre quelque chose. Ne sachant pas de quoi il s'agissait, je lui ai mis un petit coup au visage. Je le reconnais, ce coup, je l'ai peut-être mis trop tôt », commentait-il.

Vu l'état de la victime, d'autres coups ont été portés. Raison pour laquelle un témoin et la victime en personne ont été invités à donner leur version ce jeudi au tribunal. « Je suis allé uriner et quand j'ai voulu rentrer dans la soirée, on m'a attrapé par derrière au niveau de la gorge. Je me suis débattu, son collègue est arrivé. Au sol, l'un des agents se trouvaient sur mes épaules pendant que d'autres me donnaient des coups », a expliqué la victime. En plus des deux agents en uniforme, d'autres personnes assurant la sécurité mais en « civil » s'en sont mêlées. « Trois le tenaient et deux frappaient », a précisé un témoin. « Lorsqu'on est ensuite allé demander à l'agent de sécurité pourquoi il avait frappé, il a répondu : « casse toi, ou je t’enterre dans le champ. »

Cet agent de sécurité est concerné par un second dérapage présumé, lors d'une autre soirée organisée dans la région en mai 2015. Après avoir sorti un fêtard qui s'apprêtait à uriner dans le chapiteau, il lui a mis un coup au visage et a tenté de lui faire des balayettes. « Je voulais juste rappeler mes amis pour qu'on s'en aille. J'avais eu l'accord de son collègue », a expliqué la victime, appuyée par plusieurs témoins. Réquisitoire et plaidoiries sont fixés au 9 mai.