Un homme, policier de profession, dit avoir été victime d’une agression purement gratuite, le soir du 11 mars 2017, rue Henri Blès à Namur. "Monsieur promenait son chien lorsqu’il est passé à proximité d’une voiture dans laquelle il y avait de l’agitation. Un homme s’y trouvait avec sa compagne, la musique allait fort. L’homme lui a fait un doigt d’honneur et lui a dit "ta mère la pute, j’emmerde les Belges", explique la partie civile.

Victime de propos peu sympathiques, le policier qui n’était pas en fonction ce soir-là est allé à la rencontre de cet individu. "Ce dernier a tiré mon client dans sa voiture et lui a mis plusieurs coups de pied au visage." En a résulté une incapacité de travail de huit jours. Un homme qui se trouvait sur son balcon a assisté à une partie de la scène. Il a amené de la glace à la victime.

Pour la défense, être un verbalisant ne permet pas de raconter n’importe quoi. "Il dit premièrement que son agresseur est sorti de sa voiture, deux témoins disent le contraire. Ensuite, techniquement, c’est impossible que mon client qui était au volant de son véhicule ait pu mettre des coups de pied. Ce qui s’est passé, c’est que ce monsieur a passé le haut de son corps par la fenêtre de la voiture. Et mon client l’a repoussé violemment." L’acquittement est plaidé tandis que le parquet requiert, lu, huit mois de prison. Jugement le 10 janvier.