Namur "Notre outil informatique est totalement désuet et indigne"

Vincent Macq se félicite de la publicité donnée à cet audit. "Il s’inscrit dans une logique de transparence et de service public, nous n’avons rien à cacher."

Pourquoi avez-vous demandé cet audit ?

"Nous avions connu des changements d’organisation importants dont nous ne récolterons les fruits que d’ici un an ou deux, nous voulions avoir un regard extérieur afin de nous améliorer ou de corriger de mauvaises habitudes. Certains collègues m’ont dit que j’étais fou de faire cela."

Il a été réalisé au moment de la crise importante que le palais de justice de Namur a connu avec, notamment, sa fermeture, était-ce le moment propice ?

"Cela a sans doute exacerbé quelques ressentis : les gens étaient à genoux à ce moment-là, on vivait un cataclysme avec la fermeture du palais. On va donc voir aujourd’hui si la malaise est toujours aussi important."

Quelle est la suite désormais ?

"Les objectifs sont fixés, nous allons rebondir et profiter des nombreux bons conseils. Des groupes de travail vont être mis en place afin d’y travailler. Certaines choses très concrètes peuvent être mises en place très rapidement, comme l’actualisation de notre politique criminelle, l’évaluation des magistrats, la création de lieux d’échange et de communication pour le personnel."

Des choses vous ont surpris ?

"Certains membres du personnel ont en effet pas eu le sentiment de pouvoir échanger avec moi. C’est un point sur lequel nous allons travailler car j’accorde beaucoup d’importance au bien-être au travail et j’aime nourrir les décisions du ressenti des gens. Il y a un équilibre à trouver entre la liberté de parole et la volonté de co-décision à tout prix."

L’outil informatique que vous utilisez, le programme MaCH est montré du doigt dans l’audit !

"Oui, il est totalement désuet et indigne de ce que l’on est en droit d’attendre à l’aube de 2020. Il date de 2004 et était déjà dépassé quand il a été installé. Au quotidien il pose de nombreux problèmes, notamment à cause du fait qu’il n’intègre par exemple pas la section jeunesse, où que les juges d’instruction n’y ont pas accès."

La gestion d’un palais est de plus en plus compliquée pour un procureur du roi ?

"Oui. Alors que les attentes en termes de "management" sont énormes, ces derniers sont avant tout des magistrats. Il nous paraît essentiel de permettre aux comités de direction de disposer de ressources qui leur permettront de relever les défis : des spécialistes HRM, des spécialistes en gestion de projet, des spécialistes en gestion financière, etc."

34 recommandations ont été réalisées par le CSJ. Voici le plus importantes.

Améliorer tant la fréquence que la qualité du dialogue interpersonnel au sein du parquet, afin de garantir la cohérence entre les objectifs et les résultats.

Veiller à la cohérence des données chiffrées disponibles (en interne et via le service d’appui du parquet général) conformément au plan de gestion du chef de corps et aux directives du parquet général.

Etablir au sein de toutes les sections une note de politique criminelle spécifique et assurer la cohérence de celles-ci avec la politique criminel du parquet dans son ensemble.

Veiller à ce que l’omptranet soit constamment à jour et sensibiliser les magistrats et le personnel administratif à l’utilisation de celui-ci.

Mettre en place des espaces de discussion thématiques non-formalisés réunissant tant des magistrats que des membres du personnel administratif.

Uniformiser l’utilisation des moyens de communication (ex. l’utilisation ou non du fax). Veiller à une communication efficiente via l’identification des bons destinataires et l’uniformité du bon moyen de communication (mail, téléphone, courrier, fax) en fonction du message.

Diffuser auprès des partenaires externes une liste à jour reprenant les personnes de contact, leurs coordonnées et les thématiques qu’elles traitent et/ou services auxquels elles appartiennent.

Elaborer un plan de formation des magistrats et du personnel administratif.

Mettre à jour et promouvoir l’utilisation du manuel spécifiquement dédié aux magistrats de garde.

Procéder à l’évaluation des magistrats

Cartographier les procédures en vigueur et s’assurer de leur adéquation aux processus informatiques de MaCH.

JVE