Le tribunal correctionnel de Namur a ordonné jeudi la réalisation d’un avis motivé par l’unité de psychopathologie légale à l’encontre de deux prévenus accusés de viol avec séquestration, d’attentat à la pudeur, de vol avec violence et de traitements dégradants sur une mineure de moins de 16 ans contre qui 5 ans de prison avaient été requis le 10 février.

La scène a eu lieu rue de Bruxelles à Namur le 8 mars 2016. Une jeune fille âgée de plus de 14 ans mais de moins de 16 ans a été conviée par des connaissances dans un appartement. Une fois sur place, elle a été obligée de se dénuder et de pratiquer des fellations à plusieurs des 10 hommes qui étaient présents. Certains lui ont touché les seins et les fesses et ont écrit sur son corps. L’un d’eux a filmé la scène. Le gsm de la victime lui avait été confisqué et les portes de l’appartement avaient été fermées à clé.

Le parquet estimait que la victime, qui venait de fuguer, avait vécu « un véritable enfer », « une orgie non-consentie » et réclamait des peines de 5 ans de prison contre les deux prévenus. La partie civile évoquait « des actes crapuleux », réclamait une somme provisionnelle de 2500 euros et la réalisation d’une expertise.

Suite des débats le 23 juin