Le parquet de Namur a requis vendredi devant le tribunal correctionnel des peines de 18 mois, 15 mois et d’un an à l’encontre de trois prévenus impliqués dans un vol avec violence commis à Profondeville la nuit du 4 au 5 décembre 2018.

La toile du fond de l’affaire est une rivalité amoureuse. Muriel (prénom d’emprunt), explique : "Une amie avait dit de vilaines choses à mon sujet. J’y suis allé et nous nous sommes battues comme des chiffonnières, mais je suis restée à l’extérieur et je n’ai rien volé."

La victime affirme avoir été frappée avec un cric, on lui aurait aussi dérobé sa carte de banque pour retirer une somme de 40 euros à proximité des lieux des faits, juste après ceux-ci.

Un des agresseurs était en fait l’ex-compagnon de la victime, celle-ci l’accusait d’être venu chez elle pour la voler. Aujourd’hui, le couple est reformé et ni la partie civile ni le prévenu qui était accusé de l’avoir agressé ce jour-là n’étaient présents à l’audience de ce vendredi.

L’avocat de Muriel demande que cette dernière ne soit condamnée que pour les coups portés à la victime, mais qu’elle soit acquittée de la prévention de vol.

Me Fery plaide l’acquittement au bénéfice du doute pour le troisième larron de cette affaire, soupçonnant un coup monté. "Il ne s’agissait pas d’une expédition punitive. Mon client était bien présent mais il est resté sur le hallage. Le témoin con sidéré comme crédible par le parquet est un ami de la victime, son voisin de palier."

Jugement le 25 juin

JVE