Namur Une conseillère de police soutient le boxeur qui a frappé des policiers.

Il y a quelques jours, les exactions du boxeur de policiers en France ont suscité bon nombre de questions. Aline Mertens, membre du conseil de police de la zone Flowal partageait une séquence de la RTBF relative aux faits, en commentant ainsi : "J’espère que le boxeur n’aura pas de soucis."

Un habitant de la commune de Walcourt avait relevé la marque de soutien et l’a commentée ainsi : "Être membre du conseil de police de la zone Flowal et dans le même temps cautionner les violences sur des forces de police, fussent-elles françaises, n’y a-t-il pas comme un problème d’éthique ?" Ce post ne restera pas longtemps en ligne, voici l’avis des divers intervenants.

Le citoyen de Walcourt explique plus en détail ses pensées : "Aline Martens semble cautionner à la fois l’absence de légitimité de la police à user de moyens spéciaux pourtant réglementés (gaz, arroseuses, etc.) ainsi qu’à viser l’absence de poursuites judiciaires du boxeur en question. Tout cela pose question sur son système de représentation s’agissant d’un édile communal. En substance, quelle sera sa position, si demain des policiers de sa zone sont appelés à utiliser des moyens spéciaux contre les manifestants ? Quelle sera sa position, si demain, des policiers de sa zone sont blessés par un ou des ultras ?"

La conseillère en question, Aline Mertens (parti Oxygène), réagit à ce qu’elle appelle une interprétation de ses propos. "J’ai juste répondu que j’espérais que le boxeur n’aurait pas de soucis". Et elle éclaircit sa position. "Je fais clairement allusion au fait qu’il a dépassé les limites puisque j’espère qu’il n’aura pas de soucis. Cela suppose bien que ma position fait état d’une erreur de sa part. Pour moi, il ne faut pas tout mélanger, espérer qu’un boxeur qui m’a aidée dans mon parcours de boxe n’aura pas de soucis n’a rien à voir avec mon engagement au sein du conseil de police."

Elle manifeste aussi son soutien au mouvement des gilets jaunes, en questionnant les motivations policières. "Par ailleurs, la police n’est certainement pas à blâmer, elle obéit à des ordres supérieurs. On peut donc se demander ce qui motive ceux qui donnent les ordres… n’est-ce pas là une manière de faire taire le peuple ?"

Au niveau politique, Jean Pol Bayens, l’initiateur de la liste politique Oxygène, tempère : "Aline reçoit tout mon soutien pour ce post qui, même s’il est un peu maladroit, nous montre qu’elle est une jeune femme de conviction et s’exprime sans peur ; peu de gens en sont capables. Par sa publication, elle apporte son soutien à un membre des gilets jaunes, pas à un casseur qui a réagi par des coups à la violence. Il regrette sa réaction, sa colère envers ce qu’il a subi et ce dont il a été témoin. Il sera puni pour ce qu’il a fait et j’espère que ses victimes, les représentants de l’ordre et les juges seront magnanimes."

J.O.