Le brave commandant s’en va !

Cédric Ketelair
Le brave commandant s’en va !
©Cardon

MOUSCRON

Après 36 années de bons et loyaux services, Pol Lowagie laisse sa place de commandement à son fils

RETRAITE Une page se tourne chez les pompiers de Mouscron. Alors que les pompiers professionnels qu’il a réclamés durant tant d’années devraient commencer prochainement, le commandant Pol Lowagie prend sa retraite cette semaine.

Avant de partir, l’homme s’est confié. “Cette vocation de pompier était tardive, je suis rentré en tant que volontaire à 29 ans”, dit-il. “L’avantage, c’est que je suis rentré avec une certaine maturité.” C’était en janvier 1974.

Six ans plus tard, il passait le grade d’officier après avoir passé brillamment les examens requis. En 1988, le conseil communal le nommait chef de corps. Il a également occupé le poste de vice-président de la Fédération royale des Corps de Sapeurs-pompiers de Belgique.

Trente-six ans de souvenirs, bons et moins bons. L’ex professeur des écoles pense souvent à l’un de ses hommes, Jean-Marc Vandenbogaerde, décédé des suites de blessures survenues lors d’une intervention à Herseaux, c’était il y a dix ans. Un mur s’était effondré sur le malheureux pompier. Il avoue aussi avoir eu peur quand des pompiers ont été emportés, sans gravité fort heureusement, par le souffle d’une explosion lors d’un incendie criminel dans un garage de la chaussée du Risquons-Tout il y a quelques mois.

Il garde aussi de bons souvenirs et notamment d’avoir sauvé des vies, notamment d’enfants, dans l’exercice de ses fonctions et d’avoir vu une femme donner la vie dans une ambulance. Les enfants seront d’ailleurs sa nouvelle occupation car Papy Pol est cinq fois grand-père.

Dans ce métier difficile de pompiers, Pol Lowagie est de ceux qui pensent aux autres. Comme tous les pompiers de la région, la catastrophe de Ghislenghien l’a beaucoup marqué. Il était là pour défendre la mémoire des hommes du feu disparus lors du procès. Lors de la dernière cérémonie en hommage aux victimes de Ghislenghien, il était aussi présent aux côtés de son fils, Olivier, autour de la stèle du souvenir.

Olivier doit aujourd’hui reprendre le flambeau de son illustre papa. Mais si celui-ci part, c’est qu’il sait que son fils est prêt.



© La Dernière Heure 2010

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be