Un nouveau capitaine pour naviguer à bord du Satcheu sur le canal de l'Espierre

Chaque dimanche, jusqu’à fin septembre, le bateau "Satcheu II" emmène petits et grands en croisière sur le canal de l’Espierre.

D.R.
Un nouveau capitaine pour naviguer à bord du Satcheu sur le canal de l'Espierre
©EdA

Depuis début août, le Satcheu II, le bateau de croisière du canal de l'Espierre, géré par l'ASBL Impact, navigue à nouveau chaque dimanche (deux départs, à 14 h 30 et à 16 h). Jusqu'à fin septembre, 29 passagers par voyage profiteront des joies de la navigation à bord de la navette de plaisance.

Au départ de la Maison du Canal, le bateau navigue sur le canal, en passant par l’écluse d’Estaimpuis et le pont-levis du Petit Preux, jusqu’à Saint-Léger. Là, l’embarcation procède à un demi-tour au terme d’une manœuvre assez délicate vu ses dimensions (4,60 m de large et 10,50 m de long), alors que la largeur du canal est de 14 m.

Au fil de la promenade de près de 1 h 30, dans un véritable écrin naturel, les passagers apprécient le calme reposant de l’eau tout en se rafraîchissant grâce à un doux vent. Les jolis points de vue du chemin de halage offrent l’occasion de profiter de la faune et de la flore locales. Un agréable moment de détente, comme un doux parfum de vacances.

Cette année, à la barre du Satcheu, on retrouve un nouveau capitaine : Francis Catoir. Il témoigne de sa passion.

" Cela fait quarante-huit ans que je suis batelier. C'est plus qu'un centre d'intérêt ou une passion… ce métier, c'est ma fierté, ma vie ! On n'y arrive d'ailleurs pas par hasard ; c'est une affaire de famille. Mes deux fils sont aussi bateliers à Lambersart et à Armentières. C'est d'ailleurs grâce à l'un d'eux que j'ai eu vent de cet emploi. Je suis titulaire de l'ASP, l'"attestation spéciale passagers", que j'ai obtenue à Paris, et qui est obligatoire pour le tourisme fluvial. Ce boulot me plaît bien et j'apprécie tout particulièrement les échanges avec les passagers. "

Originaire du nord de la France, Francis Catoir a jeté l'ancre à Péronnes. " C'est trois dernières années, je suis resté à quai… Je m'ennuyais et le bateau me manquait. Avec ma femme, Nadia, nous avons finalement décidé de vendre notre maison pour acheter un bateau. Pour l'instant, la péniche est en chantier à Péronnes. Elle mesure 20 m et nous l'avons nommée "Rose". Après avoir terminé les travaux, nous pourrons y vivre et nous déplacer comme bon nous semble. Bref, la liberté de naviguer, une passion dont je ne pourrais me passer ! "

PAF : 6 € (1 € pour les enfants de moins de 12 ans). Sans réservation.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be