Conflits entre des bandes de motards à Tournai: la ministre de l'Intérieur réagit

Pour Annelies Verlinden, il est difficile d’anticiper les confrontations entre les bandes de motards en raison de leur dimension internationale.

M.P.
Conflits entre des bandes de motards à Tournai: la ministre de l'Intérieur réagit
©BELGA

Une agression d'une rare violence s'est produite le 4 mai dernier, en plein après-midi dans le centre-ville de Tournai. Des individus, membres du groupe de motards Hell's Angels ont porté des coups de marteau ou d'un objet lourd et massif à des membres des Bandidos, une bande rivale.

La police de la zone du Tournaisis a envoyé plusieurs agents sur les lieux. Des inspecteurs de la police fédérale sont descendus sur place pour procéder aux investigations d'usage.

Paul-Olivier Delannois, bourgmestre de la Cité des Cinq Clochers, a fait part de son inquiétude à la ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden. "Je suis extrêmement préoccupé par ce phénomène d'une grande violence. Je sais qu'il est impossible de prévoir ce genre de situation. Je me permets de vous interpeller pour savoir quelles sont les mesures que vous comptez prendre à court terme et à moyen terme afin de lutter contre ce type d'agression et surtout éviter leur propagation et l'escalade", a indiqué le mayeur dans son courrier adressé à la ministre le 10 mai dernier.

Récemment, la ministre de l'Intérieur a répondu à Paul-Olivier Delannois et n'a pas hésité à préciser que son courrier avait retenu toute son attention. "L'Europe connaît depuis le mois de mai 2018 une recrudescence de l'activité des bandes de motards et la ville de Tournai n'est pas la seule à avoir été touchée par le conflit entre les bandes rivales Hells et Bandidos".

La problématique est donc bien connue des services de police et la lutte contre ces bandes criminelles figure parmi les priorités. Le service "DJSOC/Highsider" de la police judiciaire fédérale dispose d’une image actualisée du phénomène.

"Dans le cadre des mesures prises, je souhaiterais notamment souligner la mise en place d'un réseau structuré et intégré de référents entre les PJF et les zones de police", explique Annelies Verlinden. De plus, le suivi des bandes de motards criminelles fait également l'objet d'une directive du Collège des procureurs généraux qui est en cours de révision afin de mettre davantage l'accent sur une approche conjuguée de police judiciaire et de police administrative. "Il est ainsi envisagé non seulement de prévenir l'expansion de ces groupements, mais également d'appliquer une politique de poursuites plus uniforme".

La ministre de l'Intérieur relève tout comme le bourgmestre de Tournai, qu'il demeure difficile d'anticiper les confrontations entre les bandes de motards en raison de leur dimension internationale. "A ce jour, la police fédérale ne dispose d'aucune information concrète ayant trait à de potentielles confrontations en Belgique dans un futur proche. Néanmoins, en cas de survenance d'événements inopinés, il peut toujours être fait appel à la Réserve générale de la police fédérale".

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be