Antoing : comprendre les fluctuations de la population… un casse-tête !

De nouveaux immeubles à appartements poussent comme des champignons. Paradoxalement, la population n’augmente pas. Cherchez l’erreur !

Frank Ghislain
 Des nouveaux logements, mais la population ne croît pas.
Des nouveaux logements, mais la population ne croît pas. ©ÉdA

Lors de l’examen du rapport 2021 de l’Administration, Luc Denayer (GO) est intervenu concernant le taux de la population. “On constate une diminution. Vous dites souvent qu’il faut augmenter la population car c’est important. C’est un apport financier. Est-ce que le Collège s’inquiète des raisons de cette perte ? C’est en dents de scie ! Il y avait 7 757 habitants en 2017. Puis, on est passé à 7 682 personnes en 2019 ! Le taux de 2017 n’a plus jamais été atteint entre 2018 et 2021 ! C’est interpellant. Visiblement, on perd des habitants. Il faut travailler sérieusement concernant cette perte”.

Dans le rapport 2021, on enregistre 7640 âmes dans le Pays blanc. Le bourgmestre Bernard Bauwens commente : “Il y a des constructions d’appartements dans le bas d’Antoing. Il y a aussi la Pêcherie qui est en construction. Je ne comprends pas si on n’augmente pas le taux de population. Avec tous ces logements, il devrait y avoir des arrivées. On verra le chiffre en 2022 avec le nombre d’appartements qui ont été construits. À Antoing, il n’y a pas une seule maison à vendre. Une semaine après la mise en vente, c’est vendu ! Maintenant, on peut avoir le cas d’une famille qui quitte son logement et qui est remplacée par un couple ou une personne seule”

”À Antoing, il y a 30 % de célibataires”, précise Samuel Vincent (UCA). “Je n’ai pas de solution miracle”, conclut le mayeur. Ce point a été voté à l’unanimité.

Pousser la porte…

Les élus ont examiné une modification budgétaire, ordinaire et extraordinaire, au CPAS. Cette modification n’implique pas d’augmenter la part communale. À l’ordinaire, ce budget est équilibré en recettes et dépenses pour un montant de 6 777 513 €. On constate une augmentation des transferts dus à une progression du nombre de Revenus d’intégration sociale. L’extraordinaire, équilibré à 200 778 €, tient compte des premières tranches d’emprunts pour les travaux de réfection du toit de la Maison de repos. “On a une augmentation de 20 % des RIS et une diminution de 25 % des” articles 60 “”, note Samuel Vincent. “Pour les articles 60, c’est un chiffre fluctuant. Ici, on revient à un rythme de croisière” explique Claudy Billouez, président du CPAS. “Quelle aide la Ville ou le CPAS peuvent-ils apporter aux citoyens, notamment en matière énergétique ? La classe moyenne commence à avoir des soucis. On puise dans les économies mais à un moment, il n’y aura plus d’économie pour faire face aux dépenses énergétiques” insiste le conseiller UCA. “Une situation n’est pas l’autre. Le plus difficile pour ces personnes est de passer le seuil de la porte du CPAS. Il n’y a pas de cadre précis. Il y a un calcul par situation personnelle” indique le président. “Plutôt que de passer par des modifications budgétaires, il serait bon d’augmenter la part communale que de toujours quémander auprès de la Ville” lance Luc Denayer. “Les deux budgets sont faits. Il y a des augmentations. Vous verrez le mois prochain” assure le mayeur. Unanimité.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be