Animaux en péril met fin au supplice d’un mulet abandonné dans une prairie depuis des années à Béclers

Le vétérinaire d’Animaux en péril a déclaré n’avoir jamais été confronté à un cas aussi grave que celui du mulet pris en charge ce mardi par l’ASBL.

Vincent Dubois
 Le mulet avait les jambes complètement déformées quand Animaux en péril l’a pris en charge.
Le mulet avait les jambes complètement déformées quand Animaux en péril l’a pris en charge. ©Animaux en péril

C’est à la demande de l’unité Bien-être animal de la Région Wallonne qu’un mulet vivant un véritable calvaire a été saisi, ce mardi, par Animaux en péril.

 Les sabots n’avaient plus été entretenus depuis de nombreuses années…
Les sabots n’avaient plus été entretenus depuis de nombreuses années… ©Animaux en péril

La description reprise dans le communiqué de presse transmis par la vice-présidente de l’ASBL, Sophie Locatelli, est à la fois très éloquente et écœurante : “les membres antérieurs du mulet sont en déséquilibre total, dû à une déformation extrême de l’articulation du boulet (bouleture). Le membre antérieur gauche, le plus atteint, impose à l’animal un appui sur l’extrémité du canon (partie de la jambe du cheval qui équivaut à notre avant-bras.) En outre, la longueur démesurée des sabots aggrave la situation et fait état d’une absence d’entretien depuis des années…”

On imagine les souffrances endurées par cet animal abandonné à son triste sort dans une prairie où il était caché aux regards extérieurs. Les membres d’Animaux en péril ont dû faire preuve de beaucoup de patience et de délicatesse pour faire entrer le mulet dans le véhicule venu le chercher ; l’animal n’avait manifestement jamais bénéficié d’une telle attention.

Son pronostic vital semble engagé

Placé dans un box entièrement capitonné dans le refuge de Meslin l’Évêque, le mulet âgé d’une vingtaine d’années, a été examiné par le vétérinaire de l’association, Pierre Van Boxstael, qui déclarera n’avoir jamais été confronté à un cas aussi grave.

”Sur base de radios réalisées sur place, le diagnostic n’est pas rassurant et pousse le vétérinaire à envisager l’euthanasie. Le simple fait de parer convenablement les pieds et croire que les aplombs vont se redresser est illusoire. En effet, le vétérinaire explique que le mulet souffre d’une très sévère luxation des boulets antérieurs, son boulet gauche est luxé à 102 degrés. Malheureusement, les radios montrent des déformations extrêmes : les jambes de l’animal ne sont plus du tout dans l’axe et les articulations sont calcifiées à cause de l’arthrose”, peut-on encore lire dans l’édifiant rapport de cette intervention dressé par Animaux en péril.

 L’animal n’a jamais fait l’objet d’autant de sollicitudes. En espérant que ce ne sera pas trop tard…
L’animal n’a jamais fait l’objet d’autant de sollicitudes. En espérant que ce ne sera pas trop tard… ©Animaux en péril

Pour l’heure, il est encore trop tôt pour dire si le mulet – rebaptisé “Inox “par Animaux en péril – pourra ou non être sauvé.

Cette affaire n’est pas sans rappeler celle du poney Poly qui avait été saisi en mars 2017 après avoir vécu un martyr similaire à Antoing.

C’est aussi – et surtout – la décision prise à l’époque par le tribunal correctionnel de Tournai (de ne pas poursuivre le propriétaire de Poly) qui avait scandalisé les défenseurs de la cause animale (et pas qu’eux d’ailleurs).

Dans le cas d’Inox, l’ASBL entend entamer également une action en Justice avec l’espoir, cette fois, d’être entendue.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be