"Quand faut-il déclencher Be-Alert?" interroge-t-on à Ellezelles

L’ordre du jour du conseil communal "de rentrée", mardi à Ellezelles, ne prêtait guère à discussion(s). Une question orale de l’opposition a animé les débats.

Philippe VANDEVOORDE
 Christine Freson (membre du personnel récemment retraitée) et Jean-Denis Vantrimpont (retour au sein de l’assemblée) entourent le bourgmestre.
Christine Freson (membre du personnel récemment retraitée) et Jean-Denis Vantrimpont (retour au sein de l’assemblée) entourent le bourgmestre. ©ÉdA

Un double moment protocolaire a précédé l’examen des différents dossiers, lors de la réunion du conseil communal d’Ellezelles, ce mardi. Suite à la démission de la conseillère LB (Liste du Bourgmestre, de tendance "Les Engagés") Christine Spileers, le Lahamaidois Jean-Denis Vantrimpont a repris place au sein de l’hémicycle communal. Il fut en effet déjà conseiller communal avant de devenir échevin lors de la précédente législature.

Le bourgmestre Alexandre Boitte a également remercié, au nom de la population, Christine Freson, employée communale, qui vient de prendre sa retraite. Après avoir travaillé pour le CPAS de Lessines et au Fonds de fermeture des entreprises à Bruxelles, elle rejoint en 1997 le service Urbanisme de la Commune, puis le service des Travaux. Alexandre Boitte a souligné la qualité de son travail accompli de manière très consciencieuse, sa disponibilité et sa rigueur dans la préparation des dossiers.

Pour le reste, dans un ordre du jour un peu technique, retenons le fait que la Commune d’Ellezelles s’est engagée dans la plateforme "Service Citoyen", un programme pour accompagner les jeunes de 18 à 25 ans qui sont prêts à s’engager pendant 6 mois dans un projet solidaire de leur choix.

Crise ou non crise ?

Les débats, comme nous l’avons indiqué en introduction, ont surtout tourné autour d’une question formulée depuis les sièges de l’opposition.

Suite à deux incendies provoquant d’importantes fumées cette année (l’un à Ellezelles en janvier dans une menuiserie et l’autre mi-août dans une entreprise dans le zoning de Renaix), Fabrice Destercke (PS) s’étonne de l’absence de communication officielle de la commune. "Seuls des posts sur Facebook , parcellaires et imprécis ont été publiés ; pourquoi le système Be-Alert n’a-t-il pas été activé ? "

S’il est vrai que la Commune a adhéré en 2019 à la plateforme Be-Alert, le bourgmestre rappelle que cet outil est utilisé uniquement en cas de crise. "Or pour ces deux incidents, on ne peut pas parler de situation de crise. Lors de l’incendie d’Ellezelles, en accord avec le commandement de la zone Wapi, seul le voisinage de la menuiserie a reçu des informations orales. Pour celui de Renaix en août dernier, je me suis rendu sur place sans recevoir de plus amples informations dramatisant la situation. Seule la commune de Renaix pouvait déclencher le plan de crise. Elle a estimé ne pas devoir le faire et donc l’outil Be-Alert n’a pas été activé. Des informations émanant de la ville de Renaix ont été relayées sur le Facebook de la Commune. Aussi, pour améliorer la collaboration entre nos communes, j’ai invité mon homologue renaisien à se mettre autour de la table afin de débriefer sur le sujet. Je signale que nous avons déjà simulé des exercices en situation de crise et il est prévu d’en refaire."

Vous êtes hors-ligne
Connexion rétablie...