Ces derniers déplorent l’absence de communication de l’opérateur Proximus.

Hasard ou coïncidence… Alors que la Belgique est confrontée à la pire crise sanitaire de son histoire, Proximus a commencé à déployer la 5G un peu partout dans le pays. Il suffit de surfer sur les réseaux sociaux pour se rendre compte que le moment choisi par l’opérateur passe mal auprès d’une partie de la population.

Les pétitions en ligne se multiplient. Au travers de celles-ci, de nombreux citoyens s’inquiètent des effets potentiellement nocifs de la 5G sur la santé.

En Wallonie picarde, l’arrivée de la 5G concerne, à ce stade, trois communes (Tournai, Brugelette et Frasnes) dont les bourgmestres s’étonnent de ne pas avoir été préalablement contactés.

"J’ai appris la chose par les médias, avant de recevoir un appel téléphonique d’un représentant de Proximus qui s’étonnait lui-même que je ne sois absolument au courant de rien. Selon lui, l’opérateur aurait transmis le 13 mars dernier le dossier technique aux communes concernées", commente André Desmarlières.

Ce dernier a eu la confirmation des services de l’administration communale à même de traiter de tels dossiers qu’ils n’en avaient pas vu la couleur. "Tout ce que je sais, c’est qu’il ne s’agit pas d’une vraie 5G et que les ondes ne sont pas plus fortes qu’une 4G. Celle-ci est opérationnelle depuis le 1er avril sur l’antenne-relais du parc communal qui a dû subir des adaptations et qui est utilisée par des opérateurs concurrents."

Ayant demandé à recevoir une copie du dossier, le maïeur brugelettois trouve cette manière de faire d’autant plus cavalière que l’école communale se situe à 100 mètres du pylône.

Mise aussi devant le fait accompli, la bourgmestre de Frasnes a obtenu des informations plus précises. "Un permis d’environnement a été délivré voici une dizaine d’années à Proximus pour l’installation de ses antennes 3G sur le territoire de l’entité. Celui-ci intégrait une étude d’incidences quant au respect des ondes émises. Cette 5G n’en a que le nom et ne dépasse pas les normes autorisées, sinon Proximus aurait dû introduire une nouvelle demande de permis", indique Carine De Saint-Martin.

Si cette dernière s’oppose à la vraie 5G de nature à occasionner des problèmes de santé et qui devrait débarquer chez nous en 2021, elle voit plutôt d’un bon œil l’amélioration sur Frasnes d’un réseau qui laissait fortement à désirer.