Ce nouveau centre de distribution aurait finalement très bien pu voir le jour à Mouscron si les responsables de Cebeo avaient obtenu les autorisations nécessaires. Au lieu de cela, ils avaient dû faire face à des riverains farouchement opposés au projet.

Le CEO de l'entreprise, Alexander Dewulf, est revenu sur cet épisode. "Ce n'était pas une expérience très agréable, assure-t-il. Nous voulions coopérer avec les riverains mais nous n'en avons pas eu la possibilité. On a pu les réunir au Canonnier pour leur exposer notre projet. Après ce dernier, on ne nous a pas posés de question mais nous avons eu droit directement aux réactions des 220 personnes présentes. On m'a d'ailleurs expliqué par la suite qu'il n'y avait pas que des riverains mais également des personnes venues par solidarité pour ces citoyens."

La procédure a été différente à Tournai. "À Mouscron, nous avons été mis en contact avec les riverains au moment où le permis était déjà en route alors qu'ici, on a eu la possibilité de les rencontrer dès le début du projet."

D'ailleurs, comme l'explique Pierre Vandewattyne, le directeur général de l'intercommunale Ideta, un comité d'accompagnement intégrant les comités des riverains a été mis en place dès le départ pour Tournai Ouest 3. "De cette manière, nous pouvons donner toutes les informations importantes aux riverains, tout est transparent."

Le bourgmestre de la cité des Cinq Clochers, Paul-Olivier Delannois, assure également accueillir l'entreprise à bras ouvert sur son territoire. "Ce n'est pas moi qui vais monter au créneau contre ce genre d'entreprises. Nos zonings sont là pour être utilisés et pour créer des emplois qui perdurent. Je n'ai d'ailleurs rien voulu cacher à Brigitte Aubert, la bourgmestre de Mouscron avec qui j'entretiens d'excellents contacts, et je l'ai appelé pour lui expliquer la situation. Elle m'a dit que, quelque part, elle regrettait que l'entreprise ne puisse pas s'intégrer sur Mouscron mais la situation géographique de sa commune n'est pas celle de Tournai et cela n'a pas pu se faire."

Pour Paul-Olivier Delannois, il est important de garder une vue régionale sur ce type de projet. "Les emplois sont importants et il est de notre devoir, tant à moi qu'à Ideta, de tout faire pour qu'on puisse continuer à en proposer aux habitants de Wallonie picarde. Si j'ai encore des entreprises qui viennent fleurir notre zoning, je serai un bourgmestre heureux." Pierre Vandewattyne abondait dans le même sens. "Il faut d'ailleurs souligner l'attitude de nos collègues de l'IEG qui, une fois qu'ils ont constaté que le projet ne pourrait pas se faire à Mouscron, ont tout fait pour que cela reste en Wallonie picarde."