Le cabinet du ministre wallon du Logement, des Pouvoirs locaux et de la Ville, Christophe Collignon, annonce des subsides pour des projets de développement urbain en Wallonie !

Parmi eux, 1,250 million pour l’opération du quartier de la Marlière à Antoing et 934 000 € pour Peruwelz, "montant qui permettra la création d’une infrastructure de quartier dans le cadre des travaux de rénovation de l’intérieur de la gare et de ses annexes."

Par infrastructure de quartier, il faut entendre les salles polyvalentes situées à l'étage de la gare qui pourront accueillir des activités diverses et variées à destination notamment des associations, groupements et qui ont pour but de dynamiser et de "vivre avec" le quartier...

Le cabinet indique que l’opération de rénovation urbaine de Péruwelz Le Cœur de Ville se rénove positionne la gare et le franchissement des voies ferrées comme élément important de l’opération. "Le périmètre s’étend sur 250,80 ha, soit 4.2% du territoire de la commune et touche environ 4020 habitants, soit environ 25% de la population communale. L’approche stratégique de l’opération repose sur trois axes majeurs. Un, affirmer l’identité de la ville en valorisant ses atouts en affirmant le cœur de ville autour de son patrimoine et en augmentant sa lisibilité. Deux, multiplier les occasions de rencontre et accroître la convivialité en reconnectant les quartiers et en liaisonnant les polarités. Trois : augmenter l’attractivité en favorisant les commerces et l’Horeca, en embellissant l’environnement urbain et en créant du logement diversifié."

Concernant la revitalisation urbaine et l’opération du quartier de la Marlière à Antoing, le cabinet du ministre précise que le dossier présenté "vise à promouvoir la réhabilitation du Quartier Marlière au travers d’une intervention urbanistique permettant la restructuration d’un îlot du centre-ville et la mise en œuvre d’un schéma d’orientation local. Les objectifs de l’opération de restructuration de l’îlot sont principalement de viabiliser des terrains aujourd’hui abandonnés accueillant des constructions désaffectées et contaminées par l’amiante, de restructurer un tissu urbain déchiré, d’utiliser parcimonieusement le sol en urbanisant des réserves foncières enclavées en intérieur d’îlot, de densifier le tissu urbain en centre-ville, de créer des connexions piétonnes entre quartiers et de créer un lieu de convivialité en relation avec l’espace vert existant."

Les aménagements publics prévus consistent en "la rénovation de la rue Philippart, la création d’une voirie traversant l’îlot et desservant les nouveaux logements, traitée en espace partagé, la création en intérieur d’îlot d’une placette dédiée aux piétons, la création d’une venelle également piétonne s’y connectant depuis la rue Philippart, ainsi qu’un accès pour permettre aux riverains de la rue neuve périphérique à l’îlot concerné de construire leurs garages directement accessibles depuis le jardin de leur habitation."