Des points d’apports volontaires bientôt accessibles en cinq endroits.

Déjà installés, les points d’apports volontaires (PAV) seront très bientôt opérationnels. Au total, cinq sites ont été choisis : deux à Bon-Secours, à savoir rue François Wachel et près du cimetière, et trois à Péruwelz, à la Verte Chasse, au niveau du Foyer péruwelzien et à la gare.

La construction de ces containers enterrés munis d’un capot a été réalisée par Ipalle, tandis que le service Travaux de proximité s’est chargé à chaque fois d’aménager les abords.

Plusieurs types de déchets pourront être déposés. "À la gare par exemple, il sera possible de venir déposer du verre, blanc d’un côté et coloré de l’autre", signale le bourgmestre, Vincent Palermo. Ces PAV concernent aussi les déchets organiques et Péruwelz fait également partie des communes qui proposent le dépôt de déchets ménagers résiduels, les DMR, comme plastiques et emballages."

Ces endroits n’ont pas été choisis au hasard. L’expérience est menée au centre-ville et à Bon-Secours mais elle est envisagée aussi par après dans des villages. "Qu’il s’agisse de la Verte Chasse, de la gare ou de Bon-Secours, ces endroits sont stratégiques. Ils engendrent du passage. On pense à la fois gestion des déchets et mobilité, assure Vincent Palermo. Nous avons une vision globale. Nous continuons nos actions de lutte contre les dépôts sauvages et nous allons proposer aussi une collecte des encombrants sur demande par le biais d’un véhicule roulant au CNG."

Objectifs de l’installation de ces PAV : favoriser le tri des déchets, faciliter la collecte, mieux recycler les matières collectées, diminuer les dépôts sauvages, éviter les nuisances olfactives et diminuer le nombre de sacs. Les coûts aussi.

L’investissement se chiffre à 135 000 €, dont 25 000 € de subsides venant de la Région et 60 000 € pris sur le droit de tirage à Ipalle. La part communale est donc de 50 000 €.

En pratique, les PAV sont ouverts de 6 h à 22 h. Pour les déchets organiques et le verre, le dépôt sera gratuit. Par contre, il en coûtera 50 cents pour chaque ouverture de capot de DMR. Ce qui veut dire qu’il faudra mettre de l’argent sur la carte. Il est également possible de se procurer un bioseau pour 5 € chez Ipalle.

"En parlant de carte, pour pouvoir avoir accès aux PAV, il faut aller la changer au niveau des recyparcs afin d’avoir accès à la fois aux recyparcs et aux PAV", précise Yves Wuilpart, échevin de l’Environnement.

Ipalle va assurer un passage chaque semaine pour relever les containers. "Et si jamais, après une festivité par exemple, un container est rempli, un détecteur se met en route pour le signaler", explique encore Yves Wuilpart. L’avantage des PAV, c’est qu’on peut par exemple tenir chez soi plus longtemps des DMR et donc moins utiliser le sac-poubelle traditionnel. Et comme désormais une seule collecte de déchets sera effectuée chaque semaine au lieu de deux auparavant sur l’entité, ce n’est pas plus mal."

À noter que l’accès aux PAV destinés au verre et aux déchets organiques sera possible à partir de ce lundi 4 novembre, tandis que concernant les déchets ménagers résiduels, il faudra attendre le 1er janvier.

G.Dx