Porté par l’asbl Ath en Transition, celui-ci commencera à sortir de terre ce samedi 23 novembre. Au total, 35 premiers arbres fruitiers seront plantés sur un terrain de deux hectares longeant la Dendre

Le pari d’une forêt comestible partagée prend forme dans la capitale du Pays Vert. L’idée lancée en mai dernier par l’asbl Ath en Transition franchira une première étape concrète ce samedi, dès 9h30, sur un magnifique terrain de plus deux hectares mis à disposition par la Ville en bordure de la Dendre, du Ravel et de la N7 rejoignant le rond-point de la N56 ainsi que l’A8.

A terme, une centaine d’arbres fruitiers ainsi qu’une haie comestible d’une centaine de mètres verront le jour sur cette parcelle qui se caractérise par une butte de gazon. Ce 23 novembre, 35 premiers arbres parmi lesquels des pommiers, des poiriers, des pruniers ou encore des cerisiers, seront plantés sur ce terrain situé à la sortie de la cité des Géants. D’autres variétés seront mises en terre par la suite.

“Ces végétaux 100% local, durable et bio ont été sélectionnés avec l’aide des pépinières de la Hunelle (Chièvres) tout en étant labellisés par le centre de recherche agronomique de Gembloux”, expliquent les responsables de l’asbl à l’origine de ce projet citoyen.

Le verger athois a pour but de favoriser la pollinisation et dès lors la biodiversité tout en recréant du lien social au coeur du Pays Vert. Pour mûrir, ce beau projet a néanmoins besoin du concours des habitants. Qu’ils soient petits ou grands, ces derniers sont invités à venir donner un coup de main, ce samedi, pour contribuer à l’émergence de cette forêt comestible et partagée.

Les organisateurs demandent simplement aux personnes intéressées de se munir d’une bêche, voire si possible d’une brouette.

B.D