Philippe Hooreman évoque la lutte contre les incivilités, et même les pipis en public

TOURNAI À l’issue du conseil de la zone de police, la conseillère tournaisienne Marie-Christine Lefebvre (Écolo) a interpellé le commissaire divisionnaire Philippe Hooreman sur ces incivilités qui pourrissent la vie des citoyens. “Qu’elles soient petites ou grandes, comment vous vous y prenez pour lutter contre elles ?”

Philippe Hooreman indiquera que, lors des festivités, un dispositif est pensé en fonction de l’événement. Ainsi, récemment, lors de la fête de l’accordéon à Tournai, “quinze sanctions administratives pour été délivrées à des personnes ayant uriné en public” .

Après, de manière générale, la police dispatche des patrouilles vers les lieux les plus sensibles lors des soirées, avec la brigade canine qui se balade et des hommes sur le terrain. Ils ont également réglé des problèmes du côté du square Delannay.

Concernant le tapage, le commissaire divisionnaire souligne que la police intervient quand on l’appelle et il remarque que les phénomènes nocturnes se déplacent quelque peu du quartier Saint-Pierre.

Quant aux tags en particulier, “nous avons une spécialiste maison très efficace. Et si les statistiques ont explosé, c’est que beaucoup de boulot a été réalisé” .

Pour Philippe Hooreman, plusieurs solutions pourraient améliorer la situation : des hommes, et des caméras. “Elles peuvent dissuader et, si le matériel est performant, aider à repérer et identifier. Nous avons d’ailleurs pu identifier des auteurs de faits violents à la gare de Tournai grâce aux caméras de la SNCB. Cela marche également à Mouscron”.

Mais plus d’hommes et des caméras ne régleront pas tout, concède Philippe Hooreman.



© La Dernière Heure 2012