Tournai-Ath-Mouscron Le projet de la Grand-Place, c’est le monstre du Loch Ness.

Il l’avait déjà dit et l’a confirmé lors des vœux. Son souhait est de pouvoir diminuer la pression fiscale. Lucien Rawart précisait alors que les recettes communales provenant des taxes et redevances dépassaient de 2 379 212 €, soit de 30,12 % celles enregistrées en 2012. "Ce constat me fait dire qu’il serait logique de faire un effort au profit de tous les Leuzois. L’IPP est à 8,8 % et les centimes additionnels au précompte immobilier à 2 950. L’objectif serait de baisser l’IPP à 8,5 ou les centimes à 2 800."

Parmi les projets prioritaires à mener, Lucien Rawart mentionne la concrétisation de la nouvelle crèche et celle de la maison intervillages à Tourpes. Il voudrait aussi finaliser le projet de piscine pluricommunale avec Péruwelz, pour lequel plus de 3,1 millions de subsides ont été obtenus. "La ministre De Bue a le dossier en mains. Il ne faut pas traîner. Le marché doit être attribué dans les deux ans. Autre chantier important, la transformation de deux grandes salles de l’ancien site Motte, aujourd’hui LeuzArena, pour pouvoir accueillir encore plus et mieux les sportifs."

Et puis, il y a aussi la Grand-Place. Lucien Rawart se replonge dans ses documents en esquissant un léger sourire. "Ce projet, on en parlait déjà il y a plus de 25 ans. Je me souviens que le plan de réaffectation de la Grand-Place était fait. Puis, les ministres ont changé et le SPW n’a pas de sous. Pourtant, j’aimerais bien voir un ingénieur du SPW se manifester. L’objectif est de rendre notre centre-ville plus attractif et de laisser un temps de gratuité aux Leuzois pour aller faire leurs achats."

Et sur la demande de son collègue belœillois d’envoyer une partie du charroi de la RN527 vers Leuze ? Pour lui, il n’en est pas question. "J’adopterai la même ligne de conduite que Christian Brotcorne. Je l’ai dit à Luc Vansaingèle."