Tournai-Ath-Mouscron

Il est loin le temps où Luc Van der Stichelen et quelques amis avaient lancé, au coin d’une table, l’idée d’une telle festivité.

"C’est un événement qui permet en quelque sorte de chasser l’hiver. On crée une activité pour oublier les soucis du quotidien. Les artisans locaux apportent aussi leur contribution au carnaval en venant servir les gens lors du buffet", souligne Luc.

Un buffet qui s’est tenu à la salle des fêtes mais qu’il faudra sans doute songer à délocaliser, succès oblige.

"Et puis la force du carnaval est d’arriver à assurer sa pérennité" , poursuit le président. "Grâce à nos sociétés, nous avons l’occasion de fêter régulièrement des anniversaires, comme les 25 ans des Basoulous. Les sociétés se renouvellent. Aujourd’hui, on parle du carnaval de Basècles bien au-delà des frontières du village. Nous avons même des demandes de sociétés extérieures pour faire partie du cortège mais nous devons refuser."

Le bourgmestre , Luc Vansaingèle, n’hésite pas à parler "d’histoire d’amour entre Basècles et son carnaval". "Les enfants le fêtent aussi. Le carnaval se transmet de génération en génération."

La première édition du carnaval a eu lieu en 1981. En même temps, c’était hier. "Votre carnaval n’existe pas depuis longtemps mais la tradition, vous la créez. Votre capacité à fédérer a quelque chose de magique. Vous mobilisez les associations et la population" , a fait remarquer Serge Hustache, député provincial.

G.Dx