Le bourgmestre de Leuze l’affirme: « II n’y aura aucun licenciement à la Commune »

Les mesures d’économies drastiques imposées par le plan de gestion ne se feront pas au détriment de l’emploi au sein de l’administration.

Pierre-Laurent Cuvelier

De la cérémonie des vœux de la Commune, on retiendra surtout l’engagement pris à l’égard du personnel par le bourgmestre Lucien Rawart. " Le plan de gestion adopté fin 2022 ne prévoit aucun licenciement au sein de l’administration (NDLR: il nous est par ailleurs revenu qu’il n’y aurait pas de véritable casse sociale au CPAS).

Certes, cela nous obligera à faire aussi bien avec moins mais malgré les engagements vis-à-vis du CRAC, les Leuzois peuvent compter sur nous pour que la Ville soit entreprenante ", assure le premier magistrat libéral dans un discours teinté d’un brin d’optimisme, dans un contexte de morosité ambiante.

« Nous avons pris nos responsabilités »

 Lucien Rawart, le maïeur leuzois.
Lucien Rawart, le maïeur leuzois. ©ÉdA

Comme d’autres communes en plein marasme financier, Leuze n’est pas sortie indemne des crises à répétition qui impactent lourdement tous les échelons de notre société. L’inflation galopante et l’explosion des charges (énergétiques, de fonctionnement, coût des matériaux, indexations des salaires…) ont conduit les autorités à reporter, voire à abandonner plusieurs projets en 2022.

La construction d’une nouvelle piscine est ainsi tombée à l’eau, ce qui prolongera, moyennant quelques travaux, la vie du bassin actuel vieillissant (1974), en défaut de stabilité et trop énergivore.

"Le collège communal aurait pu décider de puiser dans les réserves constituées antérieurement, au risque de laisser une situation financière extrêmement difficile aux élus de la prochaine mandature. On a préféré prendre nos responsabilités en adhérant au plan Oxygène de la Région. Outre l’équilibre budgétaire, le plan de gestion devrait nous permettre de stabiliser la masse salariale, nos dépenses de fonctionnement, de réduire les dotations…", souligne M. Rawart, en exhortant les autres niveaux de pouvoir à s’accorder sur des réformes, "sous peine de miner les politiques locales et sociales. Le risque étant de devoir nous limiter aux missions strictement obligatoires. "

 Il y avait pas mal de monde à la cérémonie des vœux de la Ville.
Il y avait pas mal de monde à la cérémonie des vœux de la Ville. ©ÉdA

Les agents présents dans la salle du pavillon du Coron ont pu apprécier les remerciements émis par le maïeur, qui a salué leur implication et leur polyvalence.

À défaut de rouler sur l’or, l’ancienne entité bonnetière est déjà riche de ses nombreux acquis, insiste ensuite le Thieulinois. "Nous avons des atouts que d’autres communes nous envient: 170 ha de terrains dédiés à l’activité économique, la LeuzArena, sans doute le plus beau et le plus grand hall sportif de Wallonie ou encore le centre d’affaires Dujardin, qui accueillera bientôt de nouveaux occupants, à savoir la Justice de Paix et la bibliothèque."

Après avoir passé en revue les dossiers finalisés l’an passé (rénovation de voiries, du pavillon du Coron, de l’église de Chapelle-à-Oie, des bâtiments de l’école de Bon-Air…), le bourgmestre a mis en lumière les projets en voie d’achèvement ou qui seront initiés en 2023. La liste, non-exhaustive, reprend la finalisation du RAVeL Leuze-Frasnes, l’opération de développement rural à Gallaix, l’important chantier de réhabilitation de la Collégiale, la sécurisation et la réfection de l’école de Tourpes, la création d’un skatepark, la remise en état de voiries (rues du Bois, de la Tourette, avenue des Héros Leuzois…), etc.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be