Guides nature et promeneurs n’hésitent pas à investir le site, notamment pour y photographier la faune et la flore. Un couple de cygnes est venu s’installer. Et alors que l’on pensait les écrevisses disparues des écrans dans nos régions, il n’en est rien. Michaël Demaeseneire avance une explication.

"Depuis 3 ans, je dirais, avec l’aménagement de la station d’épuration toute proche, nous constatons une énorme fraie. Nous avons vu arriver des écrevisses mais aussi des anguilles et des goujons, ce qui témoigne d’une bonne qualité des eaux. En 2018, nous avons remis une tonne de carpes. Ça permet de réactiver le poisson."

De très beaux bébés ont encore été alpagués ces derniers temps. Comme en septembre 2017, avec un amour marbré de 55 kg ! Un record du monde ! En juin 2018, sur 42 heures, un peu plus de 3 tonnes de carpes ont été sorties. Ici, c’est pêche no kill : tout est remis à l’eau.

Michaël prépare aussi plusieurs enduros d’envergure pour 2020 : mars, juin, septembre et novembre. "Du 4 au 6 septembre, nous accueillerons la finale des championnats de France de la pêche à la carpe. Les Français connaissent notre site fort poissonneux et ont voulu organiser leur championnat à la frontière."