"J'ai peur de devoir passer l'hiver dehors"

"Le 24 septembre, j’ai reçu un appel d'une personne me disant qu’un chien blessé errait dans la rue. Je me suis donc rendu sur place et j'ai rencontré une chienne qui avait été brûlée à l’acide par son ancien propriétaire et présentait d'autres plaies dues à la de la maltraitance", précise Audry. "Rapidement, j’ai porté plainte et j’attends toujours à l'heure actuelle que justice soit faite. Beaucoup de propriétaires, malgré cette histoire tragique refusent que mon chien rentre dans leur logement. Pourtant, Xéna ne fait aucun dégât et reste très propre. Je ressens énormément de haine mais également de la peur de devoir passer l'hiver dehors avec mon chien. Si je n'ai toujours aucune réponse avant le 21 janvier, je serais dans l'obligation de dormir sous les ponts. Il n'est pas envisageable pour moi d'abandonner mon chien dans un refuge alors qu’elle a déjà subi la cruauté humaine".

"C'est chacun pour soi"

Face à cette situation délicate, Audry Van Wymeersch a fait un appel sur les réseaux sociaux. Malgré un élan de générosité de la part de la population, ce passionné des animaux n'est toujours pas certain d'avoir un toit dans les mois qui viennent. "Mon appel à l'aide a engendré plus de 2 300 partages sur Facebook. Des associations et même des personnes originaires de la France m'ont déjà contacté. D'autres se disent amoureux des animaux mais ce n’est que des paroles en l'air. Malheureusement, je constate que nous vivons dans un monde où c’est chacun pour soi", conclut le jeune homme. A ce jour, Audry recherche toujours un logement dans l'entité de Leuze-Beloeil et même Mons.