Le Carnaval de Basècles…Une tradition née d’un coup de cholette…

Il aurait dû paraître l’an dernier à l’occasion du 40e anniversaire du carnaval du pu biau des villôges, mais un virus en a décidé autrement. Il sort donc ce dimanche 21 mars, annonçant le printemps avec l’espoir de pouvoir, à nouveau, revoir les figurants, 1200 environ au total, se réapproprier les rues lors du cortège l’an prochain.

Il, c’est le livre parsemé de dessins, caricatures, poèmes et photos, fruit d’un travail collectif ayant mis en lumière les compétences des acteurs du carnaval.

© DR

"Les publications de José Thaon au sujet du carnaval, à travers poésies et haïkus, m’ont éveillé l’esprit et mis en tête de publier un livre, indique Luc Van der Stichelen, président du carnaval. Le projet a mûri sur le principe d’un livre différent de celui sorti lors du 30e anniversaire, dont l’esprit était alors de recréer l’historique de chacune des sociétés. Ici, l’objectif était de mettre le carnaval en lumière à travers les poèmes et haïkus de José mais aussi les dessins et caricatures de l’artiste Serge Bégain, qui a aussi conçu les figurines à l’effigie des sociétés et qui ornent les drapeaux. Un personnage de l’ombre qui œuvre énormément en coulisses et dont le travail méritait d’être mis en exergue."

Ce n’est pas tout. D’autres acteurs du carnaval prenant part à sa popularité ont été sollicités, à savoir les photographes officiels qui, dans le livre, dévoilent leurs coups de cœur. "Ils prennent plus de 20 000 photos chaque année", rappelle Luc.

Chaque société est présentée sur une double page dans cet ouvrage, qui en contient 96. Mais avant de parvenir à ce résultat, encore fallait-il trouver le moyen de mettre tous ces éléments en musique pour pouvoir publier le livre. Luc Van der Stichelen, qui a par ailleurs signé quelques textes du livre, a ainsi fait appel à l’infographiste Sébastien Wautié. "Un travail titanesque puisque nous avons passé de nombreuses heures à concevoir l’ouvrage."

© DR

© DR

Le livre, en plus d’un focus sur les groupes, consacre aussi une double page à la musique et à la batterie, qui accompagnent les carnavaleux tout au long de leurs aventures.

"D’autres figures de l’ombre méritaient aussi une place dans le livre, assure Luc Van der Stichelen. Je pense aux commissaires du carnaval et à l’équipe du service VIP. C’est bien normal."

Des acteurs, mais aussi des épisodes, des temps forts. Le livre se penche ainsi sur chaque étape du carnaval. "De l’élection du couple royal au crossage en passant par la conférence de presse, le buffet des produits du carnaval, le rondeau final et les autres sorties, poursuit Luc. Même le spectacle signé en 2020 avec Olivier Petit y figure."

© DR

Mieux encore, 2021, avec son rituel sacrifié, a trouvé sa place également. Il est vrai que le carnaval s’est tout de même déroulé autrement cette année par le biais de plusieurs actions symboliques.

Bref, un coup de projecteur complet sur un événement fédérateur dont la réputation a largement franchi depuis longtemps les limites du village et même de la Wallonie picarde.

"La réussite de ce livre résidait dans la possibilité de pouvoir utiliser les capacités, le talent des uns et des autres, chacun dans son domaine, fait remarquer Luc Van der Stichelen. Les grands apprécieront, nous l’espérons, mais les enfants aussi y trouveront leur compte. Pour nous, c’est une énorme satisfaction de pouvoir laisser un tel témoignage pour notre village."

La page de couverture fait référence à ce lien entre le fameux crossage de 1980 et la première édition du carnaval qui en a découlé en 1981 sous l’impulsion des Crocheux. Au fil du temps, des jeunes et des moins jeunes sont venus étoffer le carnaval de leur présence. Des sociétés ont fait leur apparition et ces mains tendues avec le lancement de confettis sur la page de couverture symbolisent aussi cette voie ouverte au plus grand nombre, cet événement qui rassemble.

L’ouvrage, édité à 1000 exemplaires, sera en vente dans les librairies et commerces locaux au prix de 20 € à partir du 15 avril.

Depuis plus de 40 ans, les Basèclois vivent avec le virus, carnavalesque celui-là, qui offre des moments de partage et de convivialité. Un virus qu’ils espèrent retrouver au plus vite…