Une superbe reconnaissance. C’est ce qui vient à l’esprit de Vincent Stiévenart, patron de la distillerie Gervin à Baugnies, après la distinction obtenue par son pastis, la Patinette, à l’occasion du concours mondial des spiritueux (Spirit Selection) qui avait lieu à Bruxelles.

La Patinette, distillée avec de la bière belge et qui peut se boire aussi bien à l’apéro qu’en digestif, englobe de nombreux aromates, comme la badiane, l’anis vert ou le fenouil. Elle avait été lancée en mai 2019. Au Mondial des spiritueux, elle a reçu une médaille d’or.

"Nous n’avons pas exactement les points obtenus par notre pastis mais quoi qu’il en soit, c’est une belle distinction, surtout quand on sait qu’il y avait 1 400 alcools en lice, explique Vincent. Les dégustations s’effectuaient à l’aveugle et le jury était composé de spécialistes des spiritueux venus des quatre coins du monde."

Vincent ne sait pas précisément quels éléments ont conquis le jury, mais il a son idée. "Nous attendons les fiches reprenant les qualités organoleptiques du produit que les spécialistes vont nous transmettre. Ce sera intéressant à lire car le but est toujours de progresser. Nous misons clairement sur les qualités gustatives de la Patinette, en travaillant avec des aromates d’exception. Pour obtenir 200 litres de pastis, il faut tout de même utiliser 40 kilos de matières premières."

Forcément, la qualité a un prix : 43,5 € pour une bouteille de 70 cl. D’ailleurs, au départ, Vincent et son équipe se demandaient quelle allait être la réaction des clients. "De manière générale, les gens comprennent. Notre produit n’a rien à voir avec les pastis industriels. Il faut savoir aussi qu’en Belgique, les accises sont énormes. Sur 43,5 €, 17,06 € partent déjà à l’Etat. Néanmoins, pour pouvoir cibler un plus grand nombre et contenter tous les budgets, nous avons lancé une bouteille de 20 cl à 17,5 €."

La médaille d’or reçue par la Patinette mettra à coup sûr en valeur l’image de la distillerie, qui va ainsi gagner en notoriété et en légitimité. Ce qui ne se refuse pas en cette année, comme le dit Vincent Stiévenart, pas comme les autres.

"Nous faisons tout pour nous en sortir. Maintenant, nous devons composer avec l’annulation des foires et autres festivités et aussi la fermeture de l’Horeca. Tout ça a bien entendu des répercussions. Entre producteurs, la solidarité s’organise. On s’envoie des clients. En même temps, la crise sanitaire incite les gens à se tourner vers les produits locaux. Quand un client achète, il soutient notre entreprise. On exerce ce travail avec passion et on fait le maximum pour créer une bonne ambiance au boulot. C’est important aussi."

Les projets et innovations, comme toujours, ne manquent pas. Ainsi, Vincent sort toute sa gamme de produits en bouteilles de 20 cl, histoire, répétons-le, de les rendre plus accessibles. Ce n’est pas tout.

"Dans les heures qui viennent, nous allons proposer une terrine de canard, foie gras et Poiregnac et des rillettes au Cognorange avec la ferme Louis Legrand de Templeuve, ainsi qu’une tapenade au pastis et une moutarde Poiregnac avec une maison de Liège."

Bref, autant d’idées de cadeaux…

© Devaux