Le chef de file Pour l’avenir, Bastien Marlot, a souhaité revenir sur l’exclusion de Sébastien Arena du groupe politique l’Essentiel et de la perte des mandats de ce dernier, dont celui de président de l’office de tourisme.

"Il ne faudrait pas laisser croire aux citoyens qu’exclure quelqu’un ainsi sans possibilité de se défendre lors d’une réunion à laquelle il n’est même pas convié deviendrait la norme dans le fonctionnement de notre politique communale, assène Bastien Marlot. Vous excluez une personne qui bossait bien, trop bien sans doute et qui portait bien haut les couleurs de l’office du tourisme. Est-ce cela la bonne gouvernance prônée par les listes dites citoyennes ? De telles méthodes vont seulement accentuer le fossé entre le citoyen et la vie politique communale."

Sébastien Arena qui s’est affilié au MR national et qui semble de plus en plus proche du MR de la commune de Beloeil, Fanny Renco qui siègera comme indépendante mais qui s’est apparentée au MR : Bastien Marlot serait-il en train de tirer malicieusement les ficelles en laissant bien le soin aux uns et aux autres de s’écharper ? Le mercato politique en vue de 2024 aurait-il déjà commencé depuis longtemps ? Pour le chef de file Pour l’avenir, il n’en est rien.

Le citoyen jugera

"En aucun cas mon groupe et moi-même ne voulons être associés de près ou de loin à de tels procédés, dit-il. Et qu’on ne vienne pas me parler de mercato ou autre, je n’ai transféré personne ! Il y a une valeur qui est fondamentale, c’est la liberté, la liberté de se rendre compte qu’on a été trompé et la liberté de poursuivre son engagement de manière désintéressée en rejoignant des structures démocratiques avec des valeurs et des règles. Car oui, dans ma famille politique et dans d’autres, ces méthodes n’existent heureusement pas. En 20 ans de présence au conseil, je n’ai jamais vu de telles méthodes. Le citoyen jugera le moment venu. J’ajoute que je m’adresse bien au groupe l’Essentiel, dont finalement les seuls dossiers qu’il réussit à faire aboutir sont ceux de l’exclusion des personnes ayant permis à Monsieur Basilico de devenir échevin. Je me répète, le citoyen jugera le moment venu."

Anthony Basilico n’a pas réagi à ces mots. Par contre, Pierre Marie Sprockeels (Cap) a abondé dans le sens de Bastien Marlot. "Il y a un vrai problème d’éthique dans la gestion de ce dossier. J’ai pu voir Sébastien Arena travailler, à l’office du tourisme en particulier. Il était efficace et portait bien l’image de l’office. Se priver de ses compétences pour des motifs politiques me semble dommage."

Le bourgmestre, Luc Vansaingèle (PS), a tenu à préciser que si le conseil communal avait abordé les points à propos de la démission et du remplacement de Sébastien Arena dans diverses instances, c’était uniquement pour une question de procédure.

"Le problème n’est pas ici une question de personnes. C’est une question de principe. Lorsqu’un groupe politique exclut un de ses membres le représentant au sein d’un organisme et que ça conduit à ce que ce groupe n’ait plus de représentant dans une association, il est logique que le conseil se prononce de cette manière. Ce n’est pas un engagement contre une personne, c’est le respect d’une disposition. Chaque groupe a droit à ses représentants. Il ne s’agit pas d’une démarche de la majorité, il s’agit d’une démarche d’un groupe politique. Nous ne sommes pas là non plus pour gérer les problèmes internes d’un parti."