C’est un budget en léger boni à l’exercice propre (20 612 €) que Michel Dubois (Bel’Elan) a présenté. En tenant compte des exercices antérieurs, il passe à 1,4 million.

Le grand argentier de Beloeil a mis en avant quelques données encourageantes. “Le taux des taxes demeure inchangé. Nous avons aussi maintenu le cap en matière de personnel avec des salaires qui ont été pays à 100 % malgré la crise.”

Pour rappel, l’IPP est à 8,5 % et le précompte à 2 750 centimes additionnels.

L’intervention de la Province au niveau de la zone de secours diminue de 206 000 € l’intervention de la commune. Une bouffée d’oxygène à tempérer, selon Luc Vansaingèle (PS), le bourgmestre. “Si une solution ne vient pas du fédéral, les Provinces ne tiendront pas le cap.”

À noter qu’un budget participatif de 10 000 € est inscrit pour donner un coup de pouce à des projets citoyens.

Pour le reste, à l’extraordinaire, les investissements se chiffrent à 4,761 millions, dont 1,798 million de subsides. “Il y a pas mal de reports de 2020, année particulière”, a annoncé Michel Dubois. Pour la toiture de l’église d’Aubechies, 205 000 €, nous sommes coincés au niveau de l’attribution du marché. La société qui l’a remporté doit présenter un document administratif pour que le dossier avance.”

Une somme de 500 000 € a été inscrite pour des aménagements de sécurisation de la voirie et des pistes cyclables entre Basècles et Péruwelz. On notera aussi 200 000 € pour les trottoirs, 350 000 € pour le réfectoire de l’école de Basècles, 100 000 € pour la toiture de l’archéosite, 120 000 € pour le remplacement de points lumineux, 80 000 € pour l’église de Wadelincourt ou encore 25 000 € pour le kiosque de Grandglise.

“Il y a aussi 50 000 € d’honoraires pour la future maison de village des Ecacheries”, a souligné Michel Dubois. À propos de la place de Basècles (200 000 €), l’échevin a expliqué que “la commune attend l’avis officiel de la ministre qui est à la signature. La finalisation des dossiers rue de Favarcq à Beloeil et Place de la Victoire à Basècles ont boosté nos investissements. Nous avons aussi fini la liaison paysagère à Beloeil.”

Valentin Malfait (Pour l’avenir) a encouragé la majorité à continuer à investir dans la transition énergétique. Il a demandé des précisions sur le budget participatif et sur les 5 000 € inscrits pour les commémorations de 40-45.

Au sujet du budget participatif, l’échevin Anthony Basilico (L’Essentiel) a indiqué qu’une plate-forme citoyenne serait mise en place en 2021. À propos des commémorations, l’échevine Alicia Vandenabeele (PS) a assuré que l’idée était de “les maintenir et de les renforcer avec la collaboration du cercle d’histoire de Stambruges.”

Pour Alain Carion, “un budget qui manque de perspectives”

Évoquant un budget “manquant de vision, de perspectives, Alain Carion (Pour l’avenir) a signalé l’abstention de son groupe. Notre regret concerne le manque de soutien aux indépendants. Nous avions fait plusieurs propositions mais vous ne les avez pas retenues. La taxe sur les débits de boissons retrouve son taux usuel alors que ces établissements ont dû fermer pendant plus de 6 mois.”

Pour le bourgmestre, il faut aider les indépendants en fonction de leurs besoins. “Et pas faire du saupoudrage comme dans certaines communes en donnant 10 ou 15 € à chaque habitant. Je ne pense pas que ça puisse sauver les commerçants. On a défini des mesures pour les commerçants en difficultés. Il y a aussi l’opération commerce local en fête.”

Alain Carion relève quand même des points positifs, comme le budget participatif et l’augmentation du rendement de la taxe sur les logements inoccupés. “Il y a des investissements cohérents, comme le remplacement de l’éclairage par du LED au centre culturel ou encore l’église d’Aubechies. Par contre, la toiture du centre administratif ou les 650 000 € pour l’entrepôt communal nous posent plus de difficultés. On dépense de plus en plus pour les bâtiments communaux mais certains sont dans un tel état qu’on risque d’investir à fonds perdus.”

Michel Dubois a répliqué que du matériel neuf devait être stocké et que la commune manquait de place. “Quant à la toiture du bâtiment administratif, je vous invite à aller dans le grenier. Il faut y mettre des bassines.”